Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

A quoi servent les économistes ?

© FRANCE 24 | Rencontres économiques d'Aix-en-Provence

Texte par Farah BOUCHERAK

Dernière modification : 09/07/2013

Beaucoup d'entre eux n'ont pas vu arriver la crise de 2008 et ceux qui l'ont vue n'ont pas été entendus. Alors à quoi servent les économistes ? FRANCE 24 leur a posé la question lors des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Depuis 2008, la crise financière a terni la réputation des économistes. Comment se fait-il qu’une profession dont la mission consiste à analyser les indicateurs et anticiper la conjoncture n’ait rien vu venir ? A l'occasion des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, organisées par le Cercle des économistes, Jean-Hervé Lorenzi, Jean-Claude Trichet, Michel Aglietta, Kemal Dervis, Patrick Artus, Anton Brender, Ludovic Subran et Bertrand Jacquillat se sont prêtés au jeu de l'autocritique pour FRANCE 24.

Crise de confiance

Pour Paul Krugman, prix Nobel d'économie, "les économistes se sont égarés, car ils ont, en tant que groupe, confondu la beauté - revêtue d'imposants atours mathématiques - avec la vérité." Mais la vérité a finalement éclaté avec la crise des subprimes de 2007, mettant à mal l'évangile libéral de l'Ecole de Chicago, pour qui le capitalisme est un système quasi-parfait capable de s'auto-réguler.

Jusqu'en 2008, cette conception dominait, explique Michel Aglietta, professeur d’économie à l’Université Paris X-Nanterre : "Cette idéologie avait complètement contaminé les politiques, les régulateurs et la profession financière. Les enchaînements de transferts de risques par des produits extrêmement toxiques n'étaient pas connus parce qu'ils étaient opaques".

Avec la crise, un virage s'opère. Les marchés sont à présent perçus comme des entités instables, qu'il faut réguler. "La finance, si vous la laissez à elle-même, vous mènera à une catastrophe, cela s'est toujours produit et on le sait très bien", estime Anton Brender, économiste chez Dexia Asset Management. "Mais jeter la finance parce qu'on ne l'a pas assez surveillée, en faire une espèce d'ennemie diabolique, pour des raisons finalement locales, je pense que ce serait une grave erreur".

Des chiffres et des hommes

La finance avait fini par se détacher de l'aspect humain, de l'économie réelle. "On ne s'intéressait plus qu'aux mathématiques, on avait perdu de vue les interactions sociales, l'humain", reconnaît l'ancien ministre turc de l'Économie, Kemal Dervis.

Or chaque crise aboutit tôt ou tard à remettre en question la réflexion économique, comme l'explique Philippe Aghion, professeur à Harvard. "La sociologie de la profession était telle qu'on ne voyait pas le besoin de mélanger la finance et la macroéconomie (qui interprète les tendances dessinées par les grands indicateurs tels inflation, chômage, ndlr). C'est la crise qui a poussé à ce que ces deux domaines se mélangent. De la même manière que la crise de 1929 a donné naissance à la macroéconomie. »

Grâce à cela, les économistes comprennent mieux aujourd'hui les phénomènes de contagion ou comment une crise locale, venue des États-Unis, a créé un effet boule de neige au niveau mondial.

Cela était loin d'être évident avant la crise. "Ceux qui étaient dans la cabine de pilotage et j'en étais avec les autres banques centrales et les gouvernements, ont dû prendre des décisions incroyables, impensables, dans des conditions très anormales de compréhension systémiques de ce qui se passait", raconte Jean-Claude Trichet, ancien patron de la Banque centrale européeenne (BCE).

Peut-on prévoir les crises ?

Une meilleure compréhension du monde et de l'impact de la finance sur l'économie, et inversement, devrait donc permettre de mieux anticiper les crises. Mais les économistes peuvent-ils prévoir l'avenir ?

N'en déplaise à certains, l'économie est loin d'être une science exacte. "Il n'est pas possible de prévoir les crises" tranche Michel Aglietta. "Le propre des crises c'est de correspondre à des changements de paradigmes. Elles sont, par définition, imprévisibles. Les économistes peuvent montrer qu'il y a des risques, et lorsque les crises se produisent, ils débattent beaucoup des mesures qui doivent être adoptées, avant que la prochaine n'arrive."

Si les économistes ne peuvent prévoir les crises, alors à quoi servent-ils ? "On nous voit souvent comme des prophètes... Mais est-ce que l'on demande aux politologues ou aux sociologues de faire des prédictions?", s'interroge Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermes, une société française d'assurance-crédit . "On ne peut pas nous en vouloir de faire du rétro-prédictif. On sert beaucoup aussi à décrypter le passé, le présent. Le vrai rôle de l'économiste aujourd'hui c'est d'aider à savoir ce qui compte, et ce qui ne compte pas, de guider, sans ton péremptoire, sans vouloir remplacer les politiques, parce qu'on serait très mauvais à tout cela."

L'économie et la politique

Et pour Patrick Artus, directeur de la recherche chez Natixis, s'il y a une chose que ne peuvent pas prévoir les économistes, c'est bien le comportement des États. "Cette crise des subprimes, c'est quand même une très grosse erreur de politique économique. Au début de l'année 2008 on commençait à réparer la crise des subprimes. On avait quelques centaines de milliards de dollars de pertes et il était tout à fait possible de renflouer les banques correspondantes et de boucher ces pertes. Et puis le gouvernement américain prend une décision inattendue, celle de laisser Lehman Brothers faire faillite, et donc de fabriquer cette énorme crise bancaire".

Pourtant, cinq ans après la crise des subprimes, la finance ne dispose toujours pas de réglementation efficace pour limiter et contrôler les risques qu'elle génère. "La finance doit devenir le laboratoire de la régulation du capitalisme universel, qui conditionne la survie de la mondialisation", écrit l'économiste Nicolas Baverez, dans le journal Le Monde.

Tirer les leçons de la crise, une grande partie des économistes l'ont fait. À charge désormais aux politiques et aux institutions financières de prendre les mesures nécessaires pour éviter un nouveau Lehman Brothers.

Première publication : 08/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Esther Duflo, une économiste française au sein de l'administration Obama

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La démission du chef économiste de la BCE révèle des dissenssions sur la gestion de la crise

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Deux économistes démontrent que l'austérité augmente le risque de troubles sociaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)