Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : la Banque mondiale met en garde contre un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

L'Ethiopie retire ses troupes

Dernière modification : 08/01/2008

Après moins d'un mois en Somalie, les troupes éthiopiennes engagées aux côtés du gouvernement de transition commencent à se retirer du pays. Des troupes de l'Union africaine prendront la relève.

MOGADISCIO, 23 jan 2007 (AFP) - Les troupes éthiopiennes ont commencé mardi à se retirer de Mogadiscio, moins de quatre semaines après leur entrée dans la capitale aux côtés des forces gouvernementales somaliennes, mais des soldats éthiopiens devraient rester en Somalie jusqu'à l'arrivée d'une force de paix.

 
   Une brève cérémonie officielle, organisée dans l'ancien quartier général de l'Armée de l'air somalienne, dans le sud de Mogadiscio, a marqué le départ d'un contingent d'environ 200 soldats éthiopiens.

 
   De son côté, le Premier ministre somalien, Ali Mohamed Gedi, a précisé lors d'un point de presse à Nairobi qu'une partie des soldats éthiopiens resteront dans le pays jusqu'à l'arrivée des troupes de la force de paix africaine.

 
   "Les (dernières) troupes éthiopiennes partiront après l'arrivée des soldats de maintien de la paix en Somalie", a déclaré M. Gedi, ajoutant cependant: "Si besoin, l'Ethiopie restera (en Somalie), c'est une décision (prise) par les deux gouvernements".

 
   L'Union africaine (UA) veut déployer prochainement un contingent de 7.600 soldats de maintien de la paix en Somalie dans le cadre de l'Amisom (Mission africaine en Somalie).

 
   Plus de 8.000 soldats éthiopiens seraient déployés en Somalie, selon les autorités de Mogadiscio. De son côté, Addis Abeba fait état d'un contingent de 3.000 à 4.000 hommes présents en Somalie.

 
   En marge de la cérémonie à Mogadiscio, le vice-Premier ministre somalien, Hussein Mohammed Aïdid, a jugé que "le retrait des troupes éthiopiennes montre que ces troupes n'avaient aucun projet politique, mais s'étaient seulement engagées dans la stabilisation" de la Somalie, en guerre civile depuis 1991.

 
   Le début du retrait éthiopien a été confirmé à l'AFP par le porte-parole du ministère éthiopien de l'Information, Zemedkum Tekle.

 
   "Nous avons déjà commencé à retirer nos troupes de Somalie. Le premier groupe a déjà commencé le processus de départ de la Somalie", a-t-il indiqué, se refusant à donner des chiffres ou à préciser d'où partaient les soldats.

 
   "Nous avons toujours dit que les troupes éthiopiennes quitteraient la Somalie dès que les forces somaliennes seraient capables de prendre en charge leur sécurité. Et le moment est venu étant donné que les forces somaliennes prennent en charge efficacement la sécurité de leur pays", avait déclaré mardi matin sous couvert d'anonymat lors de la cérémonie à Mogadiscio un officier supérieur éthiopien.

 
   La police somalienne devait démarrer mardi des patrouilles régulières dans Mogadiscio pour la première fois depuis des années, mais aucun dispositif particulier n'était visible dans la ville.

 
   Après la débâcle des islamistes qui contrôlaient Mogadiscio depuis juin-juillet 2006, les troupes éthiopiennes étaient entrées le 28 décembre dans la capitale aux côtés des forces somaliennes.

 
   Pour la première fois depuis son élection, à Nairobi le 10 octobre 2004, le président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed était entré le 8 janvier à Mogadiscio tenue par l'armée éthiopienne.

 
   Auparavant, le gouvernement de transition était cantonné à Baïdoa (250 km au nord-ouest de la capitale), initialement en raison de l'hostilité des chefs de guerre, puis à la suite de la prise de pouvoir des tribunaux islamiques.

 
   Depuis le 28 décembre, troupes éthiopiennes et somaliennes ont mené des opérations de ratissage à la recherche d'armes et d'islamistes, qui seraient encore 3.000 dans la capitale selon le gouvernement.

 
   Elles ont été régulièrement la cible d'attaques de convoi ou de tirs par des assaillants non-identifiés.

 
   Après une "visite de travail" lundi et mardi à Addis Abeba avec les autorités éthiopiennes, M. Yusuf a entamé mardi une visite officielle de quatre jours au Rwanda, qui fait partie des pays sollicités pour contribuer à la force de paix africaine.
   Par ailleurs, le Yémen est devenu mardi le premier pays à ouvrir une ambassade à Mogadiscio depuis la déroute des islamistes.

Première publication : 23/01/2007

COMMENTAIRE(S)