Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : des enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Gaza : nouvelles tractations diplomatiques prévues samedi à Paris

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

L'Ethiopie retire ses troupes

Dernière modification : 08/01/2008

Après moins d'un mois en Somalie, les troupes éthiopiennes engagées aux côtés du gouvernement de transition commencent à se retirer du pays. Des troupes de l'Union africaine prendront la relève.

MOGADISCIO, 23 jan 2007 (AFP) - Les troupes éthiopiennes ont commencé mardi à se retirer de Mogadiscio, moins de quatre semaines après leur entrée dans la capitale aux côtés des forces gouvernementales somaliennes, mais des soldats éthiopiens devraient rester en Somalie jusqu'à l'arrivée d'une force de paix.

 
   Une brève cérémonie officielle, organisée dans l'ancien quartier général de l'Armée de l'air somalienne, dans le sud de Mogadiscio, a marqué le départ d'un contingent d'environ 200 soldats éthiopiens.

 
   De son côté, le Premier ministre somalien, Ali Mohamed Gedi, a précisé lors d'un point de presse à Nairobi qu'une partie des soldats éthiopiens resteront dans le pays jusqu'à l'arrivée des troupes de la force de paix africaine.

 
   "Les (dernières) troupes éthiopiennes partiront après l'arrivée des soldats de maintien de la paix en Somalie", a déclaré M. Gedi, ajoutant cependant: "Si besoin, l'Ethiopie restera (en Somalie), c'est une décision (prise) par les deux gouvernements".

 
   L'Union africaine (UA) veut déployer prochainement un contingent de 7.600 soldats de maintien de la paix en Somalie dans le cadre de l'Amisom (Mission africaine en Somalie).

 
   Plus de 8.000 soldats éthiopiens seraient déployés en Somalie, selon les autorités de Mogadiscio. De son côté, Addis Abeba fait état d'un contingent de 3.000 à 4.000 hommes présents en Somalie.

 
   En marge de la cérémonie à Mogadiscio, le vice-Premier ministre somalien, Hussein Mohammed Aïdid, a jugé que "le retrait des troupes éthiopiennes montre que ces troupes n'avaient aucun projet politique, mais s'étaient seulement engagées dans la stabilisation" de la Somalie, en guerre civile depuis 1991.

 
   Le début du retrait éthiopien a été confirmé à l'AFP par le porte-parole du ministère éthiopien de l'Information, Zemedkum Tekle.

 
   "Nous avons déjà commencé à retirer nos troupes de Somalie. Le premier groupe a déjà commencé le processus de départ de la Somalie", a-t-il indiqué, se refusant à donner des chiffres ou à préciser d'où partaient les soldats.

 
   "Nous avons toujours dit que les troupes éthiopiennes quitteraient la Somalie dès que les forces somaliennes seraient capables de prendre en charge leur sécurité. Et le moment est venu étant donné que les forces somaliennes prennent en charge efficacement la sécurité de leur pays", avait déclaré mardi matin sous couvert d'anonymat lors de la cérémonie à Mogadiscio un officier supérieur éthiopien.

 
   La police somalienne devait démarrer mardi des patrouilles régulières dans Mogadiscio pour la première fois depuis des années, mais aucun dispositif particulier n'était visible dans la ville.

 
   Après la débâcle des islamistes qui contrôlaient Mogadiscio depuis juin-juillet 2006, les troupes éthiopiennes étaient entrées le 28 décembre dans la capitale aux côtés des forces somaliennes.

 
   Pour la première fois depuis son élection, à Nairobi le 10 octobre 2004, le président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed était entré le 8 janvier à Mogadiscio tenue par l'armée éthiopienne.

 
   Auparavant, le gouvernement de transition était cantonné à Baïdoa (250 km au nord-ouest de la capitale), initialement en raison de l'hostilité des chefs de guerre, puis à la suite de la prise de pouvoir des tribunaux islamiques.

 
   Depuis le 28 décembre, troupes éthiopiennes et somaliennes ont mené des opérations de ratissage à la recherche d'armes et d'islamistes, qui seraient encore 3.000 dans la capitale selon le gouvernement.

 
   Elles ont été régulièrement la cible d'attaques de convoi ou de tirs par des assaillants non-identifiés.

 
   Après une "visite de travail" lundi et mardi à Addis Abeba avec les autorités éthiopiennes, M. Yusuf a entamé mardi une visite officielle de quatre jours au Rwanda, qui fait partie des pays sollicités pour contribuer à la force de paix africaine.
   Par ailleurs, le Yémen est devenu mardi le premier pays à ouvrir une ambassade à Mogadiscio depuis la déroute des islamistes.

Première publication : 23/01/2007

COMMENTAIRE(S)