Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Rencontre cruciale entre Kibaki et Odinga

Dernière modification : 26/01/2008

Le président kényan réélu Mwai Kibaki et le chef de l'opposition Raila Odinga se sont serré la main jeudi à Nairobi, à l'issue d'une rencontre en présence de Kofi Annan. (Récit : K. Chabour)

Le président kényan réélu Mwai Kibaki et le chef de l'opposition Raila Odinga, qui conteste les résultats de l'élection présidentielle, se sont serré la main jeudi à Nairobi devant la presse, en présence du médiateur Kofi Annan, a constaté un journaliste de l'AFP.

  
Les trois hommes se sont présentés devant les journalistes après une rencontre cruciale, la première à réunir MM. Kibaki et Odinga depuis l'élection contestée du 27 décembre qui a été suivie de violences meurtrières.
  
L'ex-secrétaire général des Nations unies, M. Annan, nommé médiateur dans la crise kényane, a qualifié la réunion de "développement très encourageant".
  
"Je pense que nous avons commencé à faire les premiers pas vers une solution pacifique au problème, et vous pouvez voir que les deux leaders sont là pour souligner leur engagement pour le dialogue et pour travailler ensemble pour une paix juste et durable", a déclaré M. Annan.
  
Cependant, "des informations que je reçois de plusieurs régions du pays ne sont pas aussi bonnes, car la violence continue et les mêmes personnes sont attaquées, et nous avons vu l'usage excessif de la force par la police. Nous en avons discuté et des mesures vont être prises", a-t-il assuré, en appelant la population "au calme".
  
"Nous devons travailler ensemble dans les jours et mois prochains pour nous assurer que nous résoudrons la situation qui est tendue (...) afin qu'un vrai dialogue et une vraie réconciliation puissent construire la confiance nécessaire pour que tous les Kényans puissent vivre ensemble", a ajouté M. Annan.
  
M. Odinga, s'exprimant après M. Annan, a estimé pour sa part que des "mesures vitales" avaient été prises "pour résoudre la dispute électorale et le conflit qui ravage" le Kenya depuis un mois.
  
"Mon parti et moi-même sommes prêts à entreprendre ce long chemin longtemps attendu, et qui doit se terminer par la restauration de la paix et de la justice sur notre terre troublée", a-t-il dit.
  
"Je prends l'engagement devant tous les Kényans que mon équipe et moi-même ne ménagerons aucun effort pour résoudre cette crise. Je demande à chacun d'être patient et de soutenir la paix (...) pendant que les parties travaillent jour et nuit pour s'assurer que les négociations ne durent pas un jour de plus que nécessaire", a ajouté M. Odinga, avant de céder la parole à M. Kibaki.
  
"Je sais que vous êtes tous profondément inquiets, comme je le suis, de la violence, de la perte de vies innocentes et de la destruction de biens", a déclaré M. Kibaki, en lisant son discours comme M. Odinga.
  
"En tant que président élu en bonne et due forme et qui a prêté serment (...), je conduirai personnellement notre pays vers la promotion de l'unité, la tolérance, la paix et l'harmonie entre les Kényans", a-t-il assuré.
  
"Je reste engagé pour le dialogue et la réconciliation à tous les niveaux de notre société (...). En tant que gouvernement, nous sommes déterminés à aller vers les sources profondes de ces événements sans précédent", a-t-il affirmé.
  
"J'appelle tous les Kényans à rester fermes et à éviter la violence pendant qu'on s'efforce de trouver une solution", a-t-il conclu.
  
M. Kibaki avait été déclaré vainqueur de la présidentielle par la commission électorale kényane mais M. Odinga l'accuse de lui avoir volé la victoire en fraudant et des observateurs internationaux ont également dénoncé de nombreuses irrégularités pendant la comptabilisation des résultats.
  
L'annonce des résultats du scrutin a déclenché des violences au Kenya où au moins 790 personnes ont été tuées en un mois.

Première publication : 24/01/2008

COMMENTAIRE(S)