Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

Rencontre cruciale entre Kibaki et Odinga

Dernière modification : 26/01/2008

Le président kényan réélu Mwai Kibaki et le chef de l'opposition Raila Odinga se sont serré la main jeudi à Nairobi, à l'issue d'une rencontre en présence de Kofi Annan. (Récit : K. Chabour)

Le président kényan réélu Mwai Kibaki et le chef de l'opposition Raila Odinga, qui conteste les résultats de l'élection présidentielle, se sont serré la main jeudi à Nairobi devant la presse, en présence du médiateur Kofi Annan, a constaté un journaliste de l'AFP.

  
Les trois hommes se sont présentés devant les journalistes après une rencontre cruciale, la première à réunir MM. Kibaki et Odinga depuis l'élection contestée du 27 décembre qui a été suivie de violences meurtrières.
  
L'ex-secrétaire général des Nations unies, M. Annan, nommé médiateur dans la crise kényane, a qualifié la réunion de "développement très encourageant".
  
"Je pense que nous avons commencé à faire les premiers pas vers une solution pacifique au problème, et vous pouvez voir que les deux leaders sont là pour souligner leur engagement pour le dialogue et pour travailler ensemble pour une paix juste et durable", a déclaré M. Annan.
  
Cependant, "des informations que je reçois de plusieurs régions du pays ne sont pas aussi bonnes, car la violence continue et les mêmes personnes sont attaquées, et nous avons vu l'usage excessif de la force par la police. Nous en avons discuté et des mesures vont être prises", a-t-il assuré, en appelant la population "au calme".
  
"Nous devons travailler ensemble dans les jours et mois prochains pour nous assurer que nous résoudrons la situation qui est tendue (...) afin qu'un vrai dialogue et une vraie réconciliation puissent construire la confiance nécessaire pour que tous les Kényans puissent vivre ensemble", a ajouté M. Annan.
  
M. Odinga, s'exprimant après M. Annan, a estimé pour sa part que des "mesures vitales" avaient été prises "pour résoudre la dispute électorale et le conflit qui ravage" le Kenya depuis un mois.
  
"Mon parti et moi-même sommes prêts à entreprendre ce long chemin longtemps attendu, et qui doit se terminer par la restauration de la paix et de la justice sur notre terre troublée", a-t-il dit.
  
"Je prends l'engagement devant tous les Kényans que mon équipe et moi-même ne ménagerons aucun effort pour résoudre cette crise. Je demande à chacun d'être patient et de soutenir la paix (...) pendant que les parties travaillent jour et nuit pour s'assurer que les négociations ne durent pas un jour de plus que nécessaire", a ajouté M. Odinga, avant de céder la parole à M. Kibaki.
  
"Je sais que vous êtes tous profondément inquiets, comme je le suis, de la violence, de la perte de vies innocentes et de la destruction de biens", a déclaré M. Kibaki, en lisant son discours comme M. Odinga.
  
"En tant que président élu en bonne et due forme et qui a prêté serment (...), je conduirai personnellement notre pays vers la promotion de l'unité, la tolérance, la paix et l'harmonie entre les Kényans", a-t-il assuré.
  
"Je reste engagé pour le dialogue et la réconciliation à tous les niveaux de notre société (...). En tant que gouvernement, nous sommes déterminés à aller vers les sources profondes de ces événements sans précédent", a-t-il affirmé.
  
"J'appelle tous les Kényans à rester fermes et à éviter la violence pendant qu'on s'efforce de trouver une solution", a-t-il conclu.
  
M. Kibaki avait été déclaré vainqueur de la présidentielle par la commission électorale kényane mais M. Odinga l'accuse de lui avoir volé la victoire en fraudant et des observateurs internationaux ont également dénoncé de nombreuses irrégularités pendant la comptabilisation des résultats.
  
L'annonce des résultats du scrutin a déclenché des violences au Kenya où au moins 790 personnes ont été tuées en un mois.

Première publication : 24/01/2008

COMMENTAIRE(S)