Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Séisme : "le Népal dévasté"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

Entre Clinton et Obama, le vote des Noirs

Dernière modification : 30/01/2008

Pour qui voter? Hillary Clinton leur sénatrice ou Barack Obama leur espoir, peut être, de voir un président noir à la Maison Blanche? (Reportage : J. André et E. Saint-Martin)

Entre Clinton et Obama, le vote des Noirs


En campagne à l’Abyssinian Baptist Church de Harlem, Hillary Clinton est venue rappeler qu’elle est du côté des Noirs.


La candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine est ici chez elle. Sénatrice de New York, elle sait que les habitants de ce quartier afro-américain se souviennent de la présidence de Bill, son mari, très positive pour leur communauté.

Mais les électeurs noirs, majoritairement démocrates, hésitent aujourd’hui entre Hillary Clinton et le sénateur de l'Illinois, Barack Obama.

Michael Washington, 37 ans, est directeur financier dans une entreprise de Manhattan. Habituellement, il ne s’intéresse pas à la politique, mais cette fois il a décidé de faire campagne pour Obama. Il déclare : "Voilà un type qui, à Austin, en plein Texas, fait un discours et dit: Je suis le gardien de mon frère. On n’entend pas ça en politique, c’est neuf, c’est rafraichissant. Tu te dis : OK, peut-être que ce type veut vraiment rendre le monde meilleur."

Bureau de campagne


Harlem a désormais son bureau de campagne d’Obama : une boutique réaménagée, dont les vitrines ont été recouvertes d’affiches. A l’intérieur, deux bureaux et un écran géant sur lequel passent en boucle les discours désormais mythiques du candidat. Ce QG a été entièrement financé et aménagé par les bénévoles.

C’est un sénateur de l’état de New York, Bill Perkins, qui inaugure le bureau. Il est l’un des rares élus noirs new-yorkais à avoir soutenu Obama dès le début. Les autres leaders de la communauté étaient restés fidèles aux Clinton.

Après les discours, les militants partent pour une manifestation improvisée dans la rue. Obama s’appuie sur de nombreux groupes comme celui-ci, qui naissent spontanément et ont du succès et de l’impact. Les medias sont au rendez-vous.

Les militants d’Hillary Clinton sont plus rares à battre le pavé. Mais ce jour-là, un petit groupe est présent pour barrer la route aux supporters de Barack : “Obama sera président un jour, mais pas cette année et vous le savez tous !”

"Le premier président noir des Etats-Unis"

L’héritage de la présidence de Bill Clinton est encore très fort. Certains Afro-Américains l'appellent affectueusement "Le premier président noir des Etats-Unis".

“Entre 1992 et 2000, les Noirs s’en sont mieux sortis que durant les 400 ans qui ont précédé," affirme David Wilson, militant pour Hillary Clinton, en référence à la présidence de son mari. "Je ne sais pas si vous connaissez l’histoire des noirs aux Etats Unis, mais on s’en est pas toujours très bien sorti."

Dans le quartier noir du Bronx – 1,3 millions d’habitants dont un tiers de Noirs et 30% vivant en deçà du seuil de pauvreté – une association a créé l’Eagle Academy, une école pour garçons en difficulté soutenue par Hillary Clinton.

David Banks, son fondateur et proviseur, ne peut s’empêcher d'imaginer Obama en premier véritable président noir des Etats-Unis. "Si Barack devait gagner, il serait l’incarnation de l’espoir et de l’avenir que l’on souhaite à nos enfants", explique-t-il.

Première publication : 25/01/2008

COMMENTAIRE(S)