Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

L'opposant Kassianov interdit de présidentielle

Dernière modification : 27/01/2008

La commission électorale russe refuse de valider la candidature à la présidentielle de l'ex-Premier ministre Mikhaïl Kassianov, en raison d'irrégularités.

MOSCOU, 27 janvier  - La Commission électorale centrale russe a interdit dimanche à l'ancien Premier ministre Mikhaïl Kassianov de se présenter comme candidat indépendant à l'élection présidentielle du 2 mars, qui désignera le successeur de Vladimir Poutine.
 
Elle a pris sa décision à l'unanimité en invoquant des irrégularités techniques, notamment des falsifications dans la liste de ses soutiens.
 
Les candidats indépendants souhaitant se présenter au scrutin présidentiel doivent réunir au moins deux millions de signatures provenant de différentes régions du pays.
 
Dans un courriel adressé aux agences de presse, Kassianov dénonce la mesure qui le frappe et affirme que la Russie "glisse vers le totalitarisme".
 
"La violence et la dictature sont les idées maîtresses de ce régime", ajoute-t-il en affirmant que la décision de la commission a certainement été inspirée par Poutine.
 
"Ce système, comme celui de l'URSS, ne tolère aucune amélioration (...) et malgré son apparente longévité il s'effondrera sous le poids de ses crimes et de ses vices",
poursuit l'ancien Premier ministre.
 
La décision de la Commission centrale était attendue depuis que son secrétaire, Nikolaï Konkine, avait recommandé jeudi dernier de ne pas valider la candidature de Kassianov.
 
"Le nombre de signatures valables (en faveur de Kassianov) est inférieur à un million, ce qui est un motif de refus pour l'inscription du candidat au poste de président russe", avait expliqué Konkine.
 
En visite alors à Bruxelles, Kassianov avait dénoncé une manoeuvre. "Le fait de prétendre que les signatures ne sont pas réelles relève d'une simple propagande", avait-il dit.
 
Mercredi dernier, un sondage accordait seulement 2% des intentions de vote à Kassianov... contre 82% à Dmitri Medvedev, candidat du Kremlin.
 
Le premier vice-Premier ministre, désigné le mois dernier par Vladimir Poutine comme son successeur de prédilection, a vu sa cote de popularité augmenter de trois pour cent depuis décembre, d'après l'enquête de l'institut indépendant Levada.
 
Dans ce sondage, le dirigeant communiste Guennadi Ziouganov arrive à la deuxième place avec neuf pour cent des intentions de vote, comme en décembre. Le nationaliste Vladimir Jirinovski est en troisième position avec huit pour cent, soit un point de moins que le mois dernier.

Première publication : 27/01/2008

COMMENTAIRE(S)