Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Guerre des mots entre Zapatero et l'Eglise

Dernière modification : 05/03/2008

Un document des évêques espagnols accuse le gouvernement de discuter avec l'ETA. Le parti du Premier ministre répond, qu'à un mois des législatives, l'Eglise ne doit pas entrer en campagne.

L'Eglise espagnole s'est défendue vendredi d'être entrée en campagne électorale contre le gouvernement, face aux vives critiques des socialistes au pouvoir contre la "note d'orientation morale" qu'elle a publiée jeudi en vue des législatives espagnoles du 9 mars.

"Les évêques ne sont pas entrés en campagne électorale", a assuré le secrétaire général et porte-parole de la Conférence épiscopale espagnole (CEE), Juan Antonio Martinez Camino, dans une interview à la chaîne Telecinco.

Il a qualifié de "durs et injustes" les termes du Parti socialiste (PSOE), qui avait répondu jeudi soir à la "note" de l'Eglise en jugeant "immoral que les évêques utilisent le thème du terrorisme à des fins électorales".

"Une société qui veut être libre et juste ne peut reconnaître explicitement ou implicitement une organisation terroriste comme représentant politique d'une quelconque couche de la population, et ne peut l'avoir comme interlocuteur politique", indique le document des évêques espagnols.

Cette phrase a été interprétée par les socialistes et l'ensemble des médias comme une critique des négociations menées en 2006 par le gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero avec l'organisation indépendantiste basque armée ETA et comme une prise de position en faveur de la droite qui s'était farouchement opposée à ce dialogue.

"A aucun moment ils (les évêques, ndlr) ne disent que l'on ne peut pas parler avec les terroristes pour étudier les conditions de leur disparition", a tenu à nuancer M. Martinez Camino.

Selon lui, les évêques ont seulement voulu dire que "les terroristes ne peuvent être des interlocuteurs politiques, car cela reviendrait à reconnaître la légitimité du crime organisé".

Le dialogue noué entre le gouvernement et l'ETA a précisément échoué faute d'un accord politique souhaité par le groupe armé>.

Madrid ne souhaitait aborder avec l'ETA que la fin de la violence en échange de mesures de clémence en faveur de ses activistes en prison, comme préalable à tout accord entre partis politiques sur le futur du Pays Basque.

Première publication : 01/02/2008

COMMENTAIRE(S)