Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

L'assemblée va ratifier le traité de Lisbonne

Dernière modification : 08/02/2008

Soutenu par le groupe UMP et l'opposition socialiste, le texte autorisant la ratification du traité européen de Lisbonne doit être adopté jeudi après-midi. Viendra ensuite le tour du Sénat, qui devrait le voter avant vendredi.

Le Parlement achève jeudi de débattre de la ratification du Traité de Lisbonne, dernière étape d'un feuilleton politique ouvert il y a 32 mois par le "non" français au projet de constitution.



L'Assemblée devrait adopter dans l'après-midi le texte, après avoir rejeté mercredi soir la demande d'un nouveau référendum formulée par le PS. Le Sénat suivra dans la soirée, voire pendant la nuit de jeudi à vendredi.



Il restera ensuite au président Nicolas Sarkozy à ratifier le document.



M. Sarkozy a été l'un des principaux promoteurs du Traité auprès de ses homologues européens. Il avait promis pendant la campagne présidentielle de proposer un texte relançant la construction européenne et réconciliant les partisans du "oui" et du "non". Il avait aussi écarté d'avance la voie du référendum.



Le 29 mai 2005, plus de 55% des électeurs français avaient rejeté le projet de constitution européenne, arrêtant l'élan de la construction des 27.



Cette fois, le vote positif des deux assemblées ne fait aucun doute, après le Congrès de Versailles achevé lundi par la victoire des partisans de la réforme de la Constitution, préalable nécessaire à la ratification du traité.



L'une des rares inconnues est l'attitude des socialistes, très divisés.



Le PS est officiellement pour le "oui" au Traité de Lisbonne, ce qui devrait se matérialiser dans les votes concluant les débats.



Mais les députés fabiusiens ont par exemple décidé mercredi qu'ils ne prendraient pas part au vote. Les parlementaires proches de M. Fabius avaient voté à Versailles contre la révision préalable de la Constitution, dans l'espoir d'obliger le président Nicolas Sarkozy à organiser un référendum.



Mardi, le Front national, qui ne compte pas de parlementaires, a demandé aux députés et sénateurs de ne pas "trahir la France" en ratifiant un traité qui signe pour Jean-Marie Le Pen la "disparition" de la souveraineté nationale.

Première publication : 07/02/2008

COMMENTAIRE(S)