Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza, le Hamas reste introuvable

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

L'assemblée va ratifier le traité de Lisbonne

©

Dernière modification : 08/02/2008

Soutenu par le groupe UMP et l'opposition socialiste, le texte autorisant la ratification du traité européen de Lisbonne doit être adopté jeudi après-midi. Viendra ensuite le tour du Sénat, qui devrait le voter avant vendredi.

Le Parlement achève jeudi de débattre de la ratification du Traité de Lisbonne, dernière étape d'un feuilleton politique ouvert il y a 32 mois par le "non" français au projet de constitution.



L'Assemblée devrait adopter dans l'après-midi le texte, après avoir rejeté mercredi soir la demande d'un nouveau référendum formulée par le PS. Le Sénat suivra dans la soirée, voire pendant la nuit de jeudi à vendredi.



Il restera ensuite au président Nicolas Sarkozy à ratifier le document.



M. Sarkozy a été l'un des principaux promoteurs du Traité auprès de ses homologues européens. Il avait promis pendant la campagne présidentielle de proposer un texte relançant la construction européenne et réconciliant les partisans du "oui" et du "non". Il avait aussi écarté d'avance la voie du référendum.



Le 29 mai 2005, plus de 55% des électeurs français avaient rejeté le projet de constitution européenne, arrêtant l'élan de la construction des 27.



Cette fois, le vote positif des deux assemblées ne fait aucun doute, après le Congrès de Versailles achevé lundi par la victoire des partisans de la réforme de la Constitution, préalable nécessaire à la ratification du traité.



L'une des rares inconnues est l'attitude des socialistes, très divisés.



Le PS est officiellement pour le "oui" au Traité de Lisbonne, ce qui devrait se matérialiser dans les votes concluant les débats.



Mais les députés fabiusiens ont par exemple décidé mercredi qu'ils ne prendraient pas part au vote. Les parlementaires proches de M. Fabius avaient voté à Versailles contre la révision préalable de la Constitution, dans l'espoir d'obliger le président Nicolas Sarkozy à organiser un référendum.



Mardi, le Front national, qui ne compte pas de parlementaires, a demandé aux députés et sénateurs de ne pas "trahir la France" en ratifiant un traité qui signe pour Jean-Marie Le Pen la "disparition" de la souveraineté nationale.

Première publication : 07/02/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)