Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Le Cameroun défie les Pharaons égyptiens

Dernière modification : 10/02/2008

L'Egypte, tenante du titre, tentera de remporter face au Cameroun une sixième finale de Coupe d'Afrique des nations. (Reportage de D. Charton et F. Picard)

ACCRA, 9 février (Reuters) - La finale de la Coupe d'Afrique
des nations entre l'Egypte et le Cameroun, dimanche à Accra,
sera une opposition de styles entre une équipe au jeu chatoyant
et une formation qui privilégie la puissance.
 

L'Egypte, championne en titre en quête d'une sixième Can,
s'appuie sur un jeu de passes impressionnant tandis que le
Cameroun, dernier pays à avoir conservé son trophée (en 2002),
mise sur un physique et un mental hors normes.
 

Les Lions indomptables ont été les témoins privilégiés de
l'efficacité égyptienne le temps d'une correction 4-2 reçue en
match de poule.
 

Depuis, la formation d'Otto Pfister s'est considérablement
améliorée et a montré un mental d'acier pour se défaire
successivement de la Tunisie (3-2 a.p.)et du Ghana (1-0).
 

"Après notre première défaite, nous avons fait les
changements qu'il fallait", explique le sélectionneur allemand
du Cameroun, qui profite d'une exceptionnelle profondeur de
banc.
 

"Je peux faire entrer de grands joueurs en cours de match.
Il n'y a pas une grande différence entre ceux qui débutent et
ceux qui sont sur le banc", dit-il.
 

"De toute façon, dans une Can, il n'y a pas d'équipe type.
Avec les conditions météo, les joueurs ne peuvent pas tout le
temps."
 


 

INCERTITUDE POUR ALEXANDRE SONG
 

Pfister pourrait devoir faire sans Alexandre Song, le milieu
d'Arsenal n'ayant pas participé à l'entraînement de samedi après
avoir quitté le stade Ohene Djan blessé à la jambe jeudi.
 

Le capitaine Rigobert Song, qui doit disputer sa troisième
finale de Can avec Geremi et Samuel Eto'o, s'est contenté d'une
séance légère avec un préparateur physique.
 

La seule incertitude côté égyptien pèse sur la participation
de Mohamed Zidan, qui n'était que remplaçant contre la Côte
d'Ivoire, balayée 4-1 en quart de finale.
 

Les Egyptiens, dont le titre de 2006 au Caire avait été
attribué à l'avantage de jouer à domicile, ont montré pendant le
tournoi que leur précédent sacre ne devait rien au hasard.
 

Si les joueurs évoluent presque tous au pays et échappent
ainsi à la frénésie médiatique européenne, le jeu développé par
les Pharaons a tout du 'toque' sud-américain.
 

"Quand nous entrons sur le terrain, nous avons une idée bien
précise de ce que nous voulons faire", explique l'assistant
coach de l'Egypte, Shawky Gharib.
 

"Nous jouons avec la tête."
 

Si le onze camerounais regorge d'expérience, la formation
égyptienne peut compter sur son capitaine Ahmed Assan, qui a
marqué lors de la finale de 1988 gagnée contre le Cameroun et
était présent il y a deux ans.
 

Samuel Eto'o, meilleur buteur de l'histoire de la
compétition, avec 16 buts, n'a pas marqué depuis la phase de
poule et aura à coeur d'améliorer son record.
 

Devant le talent du buteur de Barcelone, les Egyptiens ne
paniquent pas.
 

"Nous allons gagner cette finale", assure Gharib.

Première publication : 10/02/2008

COMMENTAIRE(S)