Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Abou Dhabi construit la première cité écologique

Dernière modification : 13/02/2008

L'émirat pétrolier d'Abou Dhabi a commencé la construction de la première cité au monde prévue pour fonctionner avec zéro émission de gaz carbonique. Masdar City devrait voir le jour en 2015.

Masdar City, qui signifie "source" en arabe, fonctionnera exclusivement au moyen d'énergies renouvelables, dont l'énergie solaire, une ressource constante dans le désert de l'émirat. Le projet qui s'étendra sur 6,5 Km2, coutera 22 milliards de dollars et doit être achevé en 2015.

Ses 50.000 habitants circuleront en utilisant des tramways et une série d'autres moyens de transport automatiques.


Contrairement aux somptueuses tours de la ville d'Abou Dhabi, une maquette de Masdar City, conçue par le groupe Foster and Partners, montre des constructions basses et équipées en panneaux solaires sur les toits.


Malgré l'abondance du soleil, seuls les parcmètres sont alimentés en énergie solaire aux Emirats qui, à l'instar des autres monarchies pétrolières du Golfe, utilisent peu l'énergie solaire.


La cité sera située non loin de la mer et un mur de ceinture devra la protéger de l'air chaud soufflant du désert et du vacarme de l'aéroport d'Abou Dhabi, voisin.


Abou Dhabi détient le gros des réserves de pétrole et de gaz de la fédération des Emirats arabes unis, pays classé respectivement au quatrième et cinquième rang mondial. Les réserves prouvées de brut des Emirats sont suffisantes pour durer encore quelque 150 ans.


Mais à l'instar des autres pays pétroliers, les Emirats cherchent à diversifier leur économie pour réduire leur dépendance vis-à-vis du pétrole.


La nouvelle cité s'inscrit dans le cadre d'un ambitieux programme lancé par le gouvernement d'Abou Dhabi en 2006.

Première publication : 11/02/2008

COMMENTAIRE(S)