Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

L'Unesco lance l'Année de la Terre

Dernière modification : 13/02/2008

Le directeur général de l'Unesco, M. Koïchiro Matsuura, a lancé l'Année internationale de la Planète Terre (AIPT) à Paris. Organisé sur trois ans, cet événement souligne le rôle des sciences de la Terre dans la protection de la planète.

L'Année internationale de la Planète Terre (AIPT), destinée à souligner le rôle joué par les géosciences "pour une planète plus sûre, plus saine et plus pérenne", a été lancée mardi à Paris par le directeur général de l'Unesco, M. Koïchiro Matsuura.


"Nous ne pourrons réagir efficacement aux menaces (qui mettent en danger notre planète) sans les sciences de la Terre", a-t-il souligné, devant un millier de participants, en citant parmi les défis auxquels il faut actuellement faire face le réchauffement climatique, l'urbanisation, les catastrophes naturelles.


Organisée à l'initiative conjointe de l'Unesco et de l'Union internationale des sciences géologiques (IUGS), l'AIPT, soutenue par 191 pays, se déroule en fait sur trois ans (2007-2008-2009). Mais les Nations Unies ont proclamé 2008 année majeure de cette période, avec un programme consultable sur les sites www.anneeplaneteterre.com et www.yearofplanetearth.org.


Pour le président de l'IUGS, M. Zhang Hongren, il s'agit au cours de cette année "de sensibiliser l'opinion et les pouvoirs publics à l'importance des géosciences" pour gérer les ressources et "limiter les risques pour les habitants de la planète".


La France "a décidé de nommer cette Année internationale celle des +Géosciences au service de l'Humanité+", a annoncé pour sa part lors de la cérémonie d'ouverture le secrétaire d'Etat français chargé des Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet.


L'Unesco appelle les scientifiques à travailler sur dix grands thèmes "particulièrement pertinents pour l'humanité" : la santé, le climat, les eaux souterraines, les océans, les sols, les profondeurs de la Terre, les mégalopoles, les risques naturels, les ressources naturelles et la vie.


Dans une "Déclaration de Paris" proclamée mardi, l'Unesco et l'IUGS pressent responsables, public, industries, fondations à profiter de cette année pour prendre en compte les sciences de la Terre dans leurs décisions, leurs initiatives ou leur manière de vivre.


Cette opération n'est pas destinée à mettre en oeuvre des "programmes nouveaux et originaux", mais plutôt "à sensibiliser le public, à mettre à la disposition du plus grand nombre les connaissances" sur ces matières, avait récemment précisé le président du Comité national français, Denis Vaslet, du Bureau français de recherches géologiques et minières (BRGM).


En France, plus de 200 projets (expositions, colloques ouverts au public, conférences...) ont déjà été labellisés "Année de la Terre", avec un effort particulier sur les animations scolaires et les excursions sur le terrain avec des géologues, des géographes.
 

Première publication : 12/02/2008

COMMENTAIRE(S)