Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Charlie Hebdo : la caricature et l’humour six mois après

En savoir plus

DÉBAT

Référendum en Grèce : nouveau rapport de force avec l'Union européenne

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Pakistan exécute à tour de bras

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grexit : "La balle est dans le camp des créanciers"

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Après le referendum, un "Grexit" est-il inévitable ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grexit : "En finir, vite !"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce : après la victoire, Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

Kouchner appelle à une levée du blocus sur Gaza

Dernière modification : 16/02/2008

En visite en Israël et dans les territoires palestiniens, Bernard Kouchner, le chef de la diplomatie française, a appelé Israël à lever le blocus sur Gaza et l'Autorité palestinienne à lutter contre "les mouvements terroristes".

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a appelé Israël à lever le blocus imposé à la bande de Gaza et l'Autorité palestinienne à lutter contre les "mouvements terroristes", au premier jour samedi d'une visite dans la région.
  
M. Kouchner, arrivé dans la nuit en Israël, a rencontré samedi matin à Jérusalem-est le responsable des Affaires humanitaires à l'ONU, John Holmes, qui s'était déclaré "choqué par la misère" qu'il a constatée lors d'une visite la veille dans la bande de Gaza.
  
Le ministre français devait ensuite se rendre dans la ville de Bethléem en Cisjordanie pour visiter un hôpital et s'entretenir avec le maire de la ville Victor Batarseh.
  
En fin d'après-midi, il doit rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah. Dimanche, il s'entretiendra à Jérusalem avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert, la chef de la diplomatie Tzipi Livni et le ministre de la Défense Ehud Barak.
  
Les entretiens porteront notamment sur l'évolution du processus de paix israélo-palestinien et la situation dans Gaza où Israël impose depuis le 17 janvier un blocus en représailles aux tirs de roquettes palestiniennes, provoquant des pénuries de produits de base et des coupures d'électricité.
  
"La situation économique et humanitaire à Gaza est particulièrement mauvaise. Les mesures de blocus mises en oeuvre affectent directement l'ensemble de l'économie et des conditions de vie", a déclaré M. Kouchner dans une interview à Al-Quds, le principal quotidien palestinien, publiée samedi.
  
"Nous appelons à la levée du blocus de Gaza. Il faut que les marchandises et les hommes puissent circuler", a-t-il ajouté. Le mouvement islamiste Hamas, rival de M. Abbas, contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007.
  
M. Kouchner a en outre appelé MM. Olmert et Abbas à respecter les engagements pris en novembre 2007 à la conférence d'Annapolis aux Etats-Unis, où ils ont relancé les négociations de paix après sept ans d'impasse avec l'objectif affiché de parvenir à un accord de paix avant fin 2008.
  
"Il s'agit principalement pour Israël de geler totalement la colonisation en Cisjordanie comme à Jérusalem-est, de démanteler toutes les colonies dites  illégales et de rouvrir les institutions palestiniennes de Jérusalem-est, notamment la Maison d'Orient et la Chambre de commerce", a-t-il dit.
  
"On ne le redira jamais assez: la colonisation constitue un obstacle à la paix, elle est contraire au principe de l'échange de la terre contre la paix. L'Etat palestinien doit être viable pour exister véritablement".
  
En ce qui concerne l'Autorité palestinienne, elle doit selon lui "faire des efforts très importants pour lutter contre les mouvements terroristes et réformer les services de sécurité pour qu'ils soient plus efficaces". Des "progrès très encourageants ont été réalisés" mais il faut "aller plus loin".
  
M. Kouchner, dont la dernière visite à Jérusalem et Ramallah remonte à novembre 2007, a affirmé que la France, "en tant que présidente de l'Union européenne, à partir du 1er juillet 2008, se fixera des objectifs ambitieux pour aboutir à une résolution du conflit".
  
"La France espère qu'un Etat palestinien verra bien le jour en 2008. Mais la France ne fait pas qu'espérer, elle agit pour que ce projet, ce rêve voit le jour très rapidement", a-t-il assuré.
  
Début février, M. Kouchner avait indiqué qu'il évoquerait lors de son séjour le sort de Gilad Shalit, un soldat israélien qui a également la nationalité française enlevé en juin 2006 par un commando palestinien à la lisière de la bande de Gaza.
  
Le président français Nicolas Sarkozy a annoncé cette semaine qu'il se rendrait en Israël en mai pour participer aux célébrations du 60e anniversaire de la création de l'Etat juif, en assurant que la France "ne transigera jamais sur la sécurité d'Israël".

Première publication : 16/02/2008

COMMENTAIRE(S)