Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

La faune de l'océan Antarctique en danger

Dernière modification : 17/02/2008

Le réchauffement climatique pourrait rendre l'océan Antarctique viable pour certaines espèces de requins et de crabes, ce qui mettrait la faune en péril.

Le réchauffement climatique risque de rendre les eaux antarctiques clémentes pour les requins et crabes avec des conséquences potentiellement catastrophiques pour cet écosystème marin unique et encore très préservé, ont mis en garde vendredi des biologistes.

"Il y a très peu de prédateurs dans l'Antarctique capables de briser des coquillages, et les fonds marins de cette zone sont surtout peuplés d'invertébrés au corps relativement mou se déplaçant lentement, tout comme dans les océans il y a des millions d'années", a expliqué Cheryl Wilga, professeur de biologie à l'Université du Rhode Island (est).


Jusqu'alors, les températures de l'eau dans la péninsule antarctique restaient toute l'année trop froides pour que des requins, d'autres poissons et des crabes puissent survivre.


Mais depuis les cinquante dernières années, la température a augmenté d'un à deux degrés Celsius, sous l'effet du réchauffement du climat, ce qui est environ le double de la moyenne du globe, a-t-elle souligné lors d'une conférence de presse avec d'autres biologistes, en marge de la conférence annuelle de l'Association américaine pour la promotion de la science (AAAS) réunie cette semaine à Boston (Massachusetts, est).


"Il suffit que la température des eaux dans l'Antarctique demeure toute l'année un peu au-dessus de zéro et elles peuvent alors devenir habitables pour certaines espèces de requins", a relevé Cheryl Wilga.


"Une fois que ces requins parviendront dans cette zone, cela bouleversera l'écologie de la faune" des fonds marins de l'Antarctique, selon elle.


Pour Sven Thatje, du Centre national océanographique de Southampton en Grande-Bretagne, "ceci serait une perte tragique de la biodiversité dans l'un des rares endroits encore préservé et vraiment à l'état sauvage de la planète".

Première publication : 17/02/2008

COMMENTAIRE(S)