Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de se servir du drame de Sivens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le choc de simplification ne doit pas être contredit par un choc de complexification"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Ouagadougou en pleine crise, Jérusalem sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaz russe : un accord enfin trouvé entre la Russie, l'Ukraine et l'UE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Journée insurrectionnelle au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : quelle transition possible ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

Deux tableaux volés à Zurich retrouvés

Dernière modification : 19/02/2008

Deux des quatre tableaux volés dans un musée de Zurich la semaine dernière, un Monet et un Van Gogh, ont refait surface à quelques mètres du musée. La valeur estimée des quatre toiles dérobées atteint 112 millions d'euros.

Deux des quatre tableaux volés la semaine dernière à Zurich, un Monet et un Van Gogh, ont refait mystérieusement surface à 500 mètres du musée d'où ils avaient disparu la semaine dernière, a annoncé mardi la police locale.
   
"Les coquelicots près de Vétheuil" de Claude Monet (1879) et "Branche de marronnier en fleurs" de Vincent Van Gogh (1890) ont réapparu lundi après-midi  sur le siège arrière d'une voiture garée sur le parking d'un hôpital psychiatrique, selon les policiers.
   
La voiture, qui n'était pas fermée à clé, se trouvait à environ 500 mètres du Musée Bührle où les peintures ont été dérobées le 10 février.
   
"C'est un immense soulagement, une chance immense de retrouver ces deux tableaux en bon état", s'est félicité devant la presse le directeur du musée, Lukas Gloor. "Nous avons bon espoir de retrouver les deux autres oeuvres", "Comte Lepic et ses filles" d'Edgar Degas (1871) et "Le garçon au gilet rouge" de Paul Cézanne (1888), a-t-il ajouté.
   
Le vol des quatre toiles, évaluées au total à 180 millions de francs suisses (112 millions d'euros), est considéré comme l'un des plus gros butins des 20 dernières années en Europe en terme de valeur. Les deux chefs d'oeuvre récupérés lundi sont évalués au total à 70 millions de francs (44 millions d'euros).
   
M. Gloor s'est refusé à spéculer sur le comportement des voleurs, trois hommes masqués qui ont attaqué le musée à main armée avant d'arracher au hasard quatre tableaux. Il a cependant noté que les toiles récupérées sont les deux plus grandes du butin.
   
"Ce vol a été commis sans connaissances artistiques", a-t-il observé.
   
Les oeuvres, très connues, sont totalement invendables sur le marché libre. Certains observateurs estimaient ces derniers jours que le vol pourrait être un "enlèvement" dans le but d'arracher une rançon aux assureurs.
   
Les enquêteurs ont admis ne pas connaître l'identité des voleurs ni la provenance de la voiture dans laquelle les tableaux ont été retrouvés. Les plaques d'immatriculation zurichoises de l'automobile ont été volées sur une Peugeot de couleur rouge dans le courant du mois.
   
Le commandant de la police municipale de Zurich, Philipp Hotzenköcherle, s'est refusé à communiquer quelque information que ce soit sur l'enquête en cours et sur le sort des deux autres oeuvres.
   
"Nous avons reçu beaucoup de renseignements depuis la Suisse et l'étranger" à la suite de l'appel à témoins lancé par les autorités, a-t-il simplement confié. On sait que l'un des trois voleurs s'exprimait en allemand avec un accent slave, selon la police.
   
C'est un employé de l'hôpital psychiatrique qui a alerté les policiers lundi de la présence d'une Opel Omega blanche curieusement stationnée sur le parking de l'hôpital. Il devrait recevoir une partie de la récompense de 100.000 francs suisses promises par le musée.
   
La Fondation Collection E.G. Bührle est célèbre pour sa collection de peintures impressionnistes. Elle a été créée en 1960 afin d'ouvrir au public la collection rassemblée par l'industriel zurichois Emil Georg Bührle (1890-1956), qui s'est enrichi pendant la deuxième guerre mondiale en vendant des armes aux différents belligérants avant de réunir l'essentiel de sa collection dans les années 1950.
   
Elle réunit quelque 200 peintures et sculptures, dont sept oeuvres de Van Gogh, sept de Cézanne, six de Degas et cinq de Monet.

Première publication : 19/02/2008

COMMENTAIRE(S)