Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Le dadaïsme s'expose à Londres

Dernière modification : 20/02/2008

Un urinoir, une portrait de Mona Lisa à moustache, et des œuvres créant une atmosphère triviale sont au centre d'une exposition à Londres consacrée à Marcel Duchamp, Man Ray et Francis Picabia, les pères du dadaïsme.

L'exposition "Duchamp, Man Ray, Picabia" doit s'ouvrir jeudi à la Tate Modern de Londres pour s'achever le 26 mai. Elle met l'accent sur la forte amitié qui a lié au début du XXe siècle les trois hommes dont les travaux influencent toujours des figures de l'art contemporain comme Damien Hirst et Jeff Koons.

 

"Il n'y avait pas de rivalité, il y avait une authentique et ouverte camaraderie qui leur a permis de beaucoup s'amuser ensemble mais aussi de se lancer dans ces dialogues visuels", a déclaré à l'AFP Jennifer Mundy, commissaire de l'exposition.

 

Parmi les oeuvres exposées figure "La mariée mise à nu par ses célibataires, même" (le Grand Verre) de Duchamp, un large panneau de verre dont le thème érotique transparaît à travers des références à la physique et l'ingénierie.

 

La Tate Modern présente également "Fontaine", un urinoir ordinaire installé sur un panneau horizontal qui a provoqué un scandale lorsqu'il a été dévoilé en 1917, ainsi que trois reproductions de "la Joconde" de Léonard de Vinci qui a été affublée au stylo d'une barbichette et d'une moustache.

 

Cette "Mona Lisa" barbue est intitulée "L.H.O.O.Q", ce qui se lit "elle a chaud au cul", un clin d'oeil érotique parmi tant d'autres présents dans les oeuvres exposées.

 

Plusieurs photogrammes --image obtenue en plaçant des objets sur une surface sensible (papier photo ou film) et en l'exposant ensuite directement à la lumière-- de Man Ray sont également visibles.

 

Au total, plus de 400 travaux sont présentés dans cette exposition qui s'installera à Barcelone du 19 juin au 21 septembre.

Première publication : 20/02/2008

COMMENTAIRE(S)