Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Série d'attentats meurtriers en Irak, Bagdad favorable à une conférence internationale

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

Le FMI baisse sa prévision de la croissance française

Dernière modification : 20/02/2008

Le FMI a revu en forte baisse sa prévision de croissance pour la France en 2008, à 1,5% contre 2% auparavant, s'attirant une vive réplique de Bercy qui juge l'analyse du FMI "pas très rationnelle".

Le Fonds monétaire international a revu mercredi en forte baisse sa prévision de croissance pour la France en 2008, à 1,5% contre 2% auparavant, s'attirant une vive réplique de Bercy qui juge l'analyse du FMI "pas très rationnelle" et même "schizophrène".
   
"Pour la France, nous prévoyons une croissance de 1,5% en 2008", alors que la dernière prévision, publiée en octobre, était de 2%, indique Alessandro Leipold, directeur adjoint du département européen du FMI, sur le site de l'institution, à l'occasion de la revue annuelle de la situation économique française.
   
Un chiffre très en deçà des prévisions du gouvernement: la France a bâti son projet de budget 2008 avec une hypothèse de croissance comprise entre 2% et 2,5%.
   
Récemment, la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a revu à la baisse les prévisions de croissance de la France, citant les retombées à attendre de la crise des prêts hypothécaires à risque américaine, et table désormais sur une progression du produit intérieur brut "autour de 2%" cette année, après 1,9% pour 2007.
   
Les commentaires du Fonds ont aussitôt été qualifiés de "pas très rationnels", et même "schizophrènes" par l'entourage de Mme Lagarde.
   
"Le FMI souligne les réformes structurelles (...), il est partisan d'un soutien ponctuel à la croissance, c'est ce qu'on fait avec la loi TEPA, et il souligne que les entreprises françaises sont dans une situation financière plus saine que dans le reste de la zone euro", a fait valoir un conseiller.
   
"Ce qui plaiderait pour une révision à la baisse moins forte que dans le reste de la zone euro", a-t-il ajouté.
   
"Le FMI considère lui-même que sa prévision est pessimiste puisqu'il évoque deux aléas à la hausse: l'embellie de la conjoncture dans l'aéronautique et dans l'automobile", a conclu le conseiller.
   
Le directeur général du Fonds, le Français Dominique Strauss-Kahn, a lui aussi très vite réagi au début de polémique suscité par le rapport en "précisant" par la voix d'une porte-parole qu'il n'a "conformément à la tradition, ni discuté ni validé le rapport concernant son propre pays".
   
"Le climat économique international n'est guère favorable et obscurcit les perspectives de croissance à court terme", a justifié le FMI sur son site, rappelant que le Fonds avait déjà abaissé en janvier d'un demi-point de pourcentage, à 1,6%, la prévision de croissance pour la zone euro.
   
Par ailleurs, si la France "a avancé un programme de réformes ambitieux pour renouer avec une croissance soutenue et durable", le Fonds dénonce "une pause dans l'effort d'assainissement" des dépenses publiques.
   
La France prévoit dans son programme budgétaire un déficit de 2,4% du PIB en 2007 et de 2,3% en 2008, mais le FMI prévoit 2,7% cette année, "très près des critères de Maastricht", dans son rapport de mercredi.
   
"La France n'a pas de marge de manoeuvre budgétaire pour lancer une politique de relance par le biais de mesures discrétionnaires", pointe aussi le Fonds.
   
La Commission européenne a de son côté abaissé début novembre sa prévision de croissance pour la France cette année de 2,3% à 2%.
   
Le FMI administre toutefois quelques satisfecits à la France dans son rapport, saluant "un programme de réformes ambitieux pour renouer avec une croissance soutenue et durable", et en particulier les réformes "qui visent à liberer le marché du travail".
   
Le FMI dit aussi attendre "beaucoup de la loi de modernisation, qui devrait mettre en oeuvre nombreuses recommandations de la commission Attali".
   
Enfin, "le système financier français a relativement bien surmonté les turbulences récentes et leurs conséquences sur l'économie réelle semblent limitées".

Première publication : 20/02/2008

COMMENTAIRE(S)