Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Le parti de Bhutto d'accord pour gouverner avec Sharif

Dernière modification : 21/02/2008

L'ex-Premier ministre Nawaz Sharif et le veuf de Benazir Bhutto ont annoncé que leurs deux partis sont tombés d'accord pour former un gouvernement commun.

Les deux partis de l'ex-opposition vainqueurs des législatives de lundi au Pakistan formeront ensemble un gouvernement, ont annoncé jeudi à la presse leurs dirigeants, l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif et Asif Ali Zardari, le veuf de Benazir Bhutto.

"Nous sommes convenus d'un programme commun. Nous travaillerons ensemble pour former un gouvernement fédéral et aussi dans les provinces", a annoncé M. Sharif aux côtés de M. Zardari au cours d'une conférence de presse.

Ils n'ont pas précisé le sort qu'ils entendaient réserver au président Pervez Musharraf, qui a annoncé son intention de se maintenir à son poste alors que Nawaz Sharif a exigé à plusieurs reprises sa démission.

"Nous ferons en sorte que vous puissiez accomplir un mandat complet de cinq ans", a ajouté M. Sharif à l'adresse de M. Zardari, dont le Parti du Peuple Pakistanais (PPP) est arrivé en tête du scrutin et auquel revient donc le poste de Premier ministre.

Les partis des anciens ennemis des années 1990, Benazir Bhutto et Nawaz Sharif, qui ont alterné au pouvoir dans les années 1990, ont surmonté "en principe" leurs divergences en ce qui concerne le rétablissement immédiat des juges de la Cour suprême évincés par le président Musharraf début novembre parce qu'ils menaçaient d'invalider sa réélection du 6 octobre, au suffrage indirect du Parlement sortant.

Cette mesure pourrait en théorie ouvrir la porte à une procédure d'invalidation de cette élection.

Le PPP n'avait pas réclamé aussi ouvertement le départ de M. Musharraf que la Ligue Musulmane du Pakistan - aile Nawaz (PML-N) de M. Sharif. M. Zardari s'accommoderait d'une cohabitation avec le chef de l'Etat dépouillé d'une partie de ses prérogatives, faisait-on savoir dans son entourage avant les négociations de jeudi soir entre les deux partis.

"En principe, il n'y a pas de désaccord sur le rétablissement de l'ordre judiciaire, nous en établirons les modalités au Parlement", a expliqué M. Sharif.

M. Zardari a ajouté qu'il y avait "encore beaucoup de chemin à parcourir" entre les deux partis. "Mais Inch' Allah (si Dieu le veut), nous nous rencontrerons encore, mais sur le principe, nous sommes d'accord pour rester ensemble", a-t-il conclu.
 

Première publication : 21/02/2008

COMMENTAIRE(S)