Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Le parti de Bhutto d'accord pour gouverner avec Sharif

©

Dernière modification : 21/02/2008

L'ex-Premier ministre Nawaz Sharif et le veuf de Benazir Bhutto ont annoncé que leurs deux partis sont tombés d'accord pour former un gouvernement commun.

Les deux partis de l'ex-opposition vainqueurs des législatives de lundi au Pakistan formeront ensemble un gouvernement, ont annoncé jeudi à la presse leurs dirigeants, l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif et Asif Ali Zardari, le veuf de Benazir Bhutto.

"Nous sommes convenus d'un programme commun. Nous travaillerons ensemble pour former un gouvernement fédéral et aussi dans les provinces", a annoncé M. Sharif aux côtés de M. Zardari au cours d'une conférence de presse.

Ils n'ont pas précisé le sort qu'ils entendaient réserver au président Pervez Musharraf, qui a annoncé son intention de se maintenir à son poste alors que Nawaz Sharif a exigé à plusieurs reprises sa démission.

"Nous ferons en sorte que vous puissiez accomplir un mandat complet de cinq ans", a ajouté M. Sharif à l'adresse de M. Zardari, dont le Parti du Peuple Pakistanais (PPP) est arrivé en tête du scrutin et auquel revient donc le poste de Premier ministre.

Les partis des anciens ennemis des années 1990, Benazir Bhutto et Nawaz Sharif, qui ont alterné au pouvoir dans les années 1990, ont surmonté "en principe" leurs divergences en ce qui concerne le rétablissement immédiat des juges de la Cour suprême évincés par le président Musharraf début novembre parce qu'ils menaçaient d'invalider sa réélection du 6 octobre, au suffrage indirect du Parlement sortant.

Cette mesure pourrait en théorie ouvrir la porte à une procédure d'invalidation de cette élection.

Le PPP n'avait pas réclamé aussi ouvertement le départ de M. Musharraf que la Ligue Musulmane du Pakistan - aile Nawaz (PML-N) de M. Sharif. M. Zardari s'accommoderait d'une cohabitation avec le chef de l'Etat dépouillé d'une partie de ses prérogatives, faisait-on savoir dans son entourage avant les négociations de jeudi soir entre les deux partis.

"En principe, il n'y a pas de désaccord sur le rétablissement de l'ordre judiciaire, nous en établirons les modalités au Parlement", a expliqué M. Sharif.

M. Zardari a ajouté qu'il y avait "encore beaucoup de chemin à parcourir" entre les deux partis. "Mais Inch' Allah (si Dieu le veut), nous nous rencontrerons encore, mais sur le principe, nous sommes d'accord pour rester ensemble", a-t-il conclu.
 

Première publication : 21/02/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)