Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Le dauphin de Poutine en visite à Belgrade

Dernière modification : 25/02/2008

Dmitri Medvedev, favori de la prochaine élection présidentielle russe est en visite à Belgrade. Moscou s'est rangé du côté de la Serbie dans son opposition à la déclaration l'indépendance du Kosovo.

Le premier vice-Premier ministre russe Dmitri Medvedev et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov sont arrivés lundi à Belgrade pour discuter avec les responsables serbes de la coopération bilatérale et de l'indépendance du Kosovo, vivement rejetée par les deux pays.

Dès leur arrivée, M. Medvedev, favori de la présidentielle du 2 mars, et M. Lavrov ont entamé des entretiens avec le président serbe Boris Tadic, selon un journaliste de l'AFP.

Au cours de cette brève visite ils auront également des discussions avec le Premier ministre serbe Vojislav Kostunica.

La Russie rejette fermement, tout comme Belgrade, l'indépendance unilatéralement proclamée par le Kosovo le 17 février et reconnue jusqu'à présent par dix-huit pays, dont les puissances occidentales.

MM. Medvedev et Lavrov devraient également se rendre à Pancevo (15 km au nord-est de Belgrade), pour visiter une raffinerie du plus grand groupe pétrolier serbe, Industrie pétrolière de Serbie (NIS), selon médias locaux.

Cette raffinerie avait été bombardée en 1999 par l'aviation de l'Otan, qui était intervenue contre la Serbie pour mettre un terme au conflit (1998-99) entre les forces serbes et la guérilla séparatiste albanaise du Kosovo.

Fin janvier, Belgrade et Moscou avaient signé plusieurs accords de coopération gazière et pétrolière.

Un premier accord porte sur la prise de contrôle par le géant public russe Gazprom du groupe serbe (NIS), avec 51% de son capital.

Le second est un "accord de coopération" intergouvernemental entre les deux pays qui prévoit notamment la participation de la Serbie au gazoduc South Stream, destiné à diversifier les routes de transport du gaz russe vers l'Europe.

Première publication : 25/02/2008

COMMENTAIRE(S)