Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Le médecin-chef de l'armée pakistanaise tué dans un attentat

Dernière modification : 25/02/2008

Le général Mushtaq Baig (photo) et quatre autres personnes ont été tuées dans un attentat suicide à Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad.

Au moins quatre personnes, dont un général des services médicaux de l'armée pakistanaise, ont été tuées lundi dans un attentat suicide à la voiture piégée qui a fait également 29 blessés à Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad, ont indiqué les services de sécurité.

"L'attentat suicide a visé un véhicule de l'armée, au moins quatre personnes sont mortes et 29 autres blessées", a indiqué à l'AFP un haut responsable des services de sécurité, sous couvert de l'anonymat.

"Le général Mushtaq Baig, des services médicaux de l'armée, est parmi les tués", a-t-il précisé.

Rawalpindi, mégalopole populaire qui touche la capitale pakistanaise, est également la principale ville-garnison du pays et le siège de l'état-major de l'armée, puissante au Pakistan.

Mais c'est également dans cette ville qu'ont été perpétrées bon nombre d'attaques dans la vague d'attentats sans précédent qui ensanglante le pays depuis des mois, attribués ou revendiqués par les militants islamistes radicaux proches d'Al-Qaïda et des talibans.

Ces derniers avaient fait de 2007 l'année la plus meurtrière de l'histoire du Pakistan en matière de terrorisme avec plus de 800 morts. Depuis le début de 2008, plus de 160 personnes ont été tuées dans une vingtaine d'attentats.

Une majorité d'attentats, notamment ceux qui ont été perpétrés à Rawalpindi, visent les forces armées ou la police.

Ce nouvel attentat intervient à une semaine des élections législatives et provinciales qui ont marqué la victoire des partis de l'opposition au président Pervez Musharraf, auquel les combattants fondamentalistes, ainsi qu'Oussama Ben Laden lui-même, ont déclaré le "jihad", la guerre sainte.

La vague d'attentats a atteint son paroxysme le 27 décembre quand un kamikaze a tué l'ex-Premier ministre et leader de l'opposition Benazir Bhutto, et 23 autres personnes, à Rawalpindi.
 

Première publication : 25/02/2008

COMMENTAIRE(S)