Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

Le médecin-chef de l'armée pakistanaise tué dans un attentat

Dernière modification : 25/02/2008

Le général Mushtaq Baig (photo) et quatre autres personnes ont été tuées dans un attentat suicide à Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad.

Au moins quatre personnes, dont un général des services médicaux de l'armée pakistanaise, ont été tuées lundi dans un attentat suicide à la voiture piégée qui a fait également 29 blessés à Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad, ont indiqué les services de sécurité.

"L'attentat suicide a visé un véhicule de l'armée, au moins quatre personnes sont mortes et 29 autres blessées", a indiqué à l'AFP un haut responsable des services de sécurité, sous couvert de l'anonymat.

"Le général Mushtaq Baig, des services médicaux de l'armée, est parmi les tués", a-t-il précisé.

Rawalpindi, mégalopole populaire qui touche la capitale pakistanaise, est également la principale ville-garnison du pays et le siège de l'état-major de l'armée, puissante au Pakistan.

Mais c'est également dans cette ville qu'ont été perpétrées bon nombre d'attaques dans la vague d'attentats sans précédent qui ensanglante le pays depuis des mois, attribués ou revendiqués par les militants islamistes radicaux proches d'Al-Qaïda et des talibans.

Ces derniers avaient fait de 2007 l'année la plus meurtrière de l'histoire du Pakistan en matière de terrorisme avec plus de 800 morts. Depuis le début de 2008, plus de 160 personnes ont été tuées dans une vingtaine d'attentats.

Une majorité d'attentats, notamment ceux qui ont été perpétrés à Rawalpindi, visent les forces armées ou la police.

Ce nouvel attentat intervient à une semaine des élections législatives et provinciales qui ont marqué la victoire des partis de l'opposition au président Pervez Musharraf, auquel les combattants fondamentalistes, ainsi qu'Oussama Ben Laden lui-même, ont déclaré le "jihad", la guerre sainte.

La vague d'attentats a atteint son paroxysme le 27 décembre quand un kamikaze a tué l'ex-Premier ministre et leader de l'opposition Benazir Bhutto, et 23 autres personnes, à Rawalpindi.
 

Première publication : 25/02/2008

COMMENTAIRE(S)