Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : une base de l'ONU attaquée à Tombouctou

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Réforme constitutionnelle, un texte, des controverses

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

TECH 24

L'archéologie en mode makers

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Revenu universel : une bonne idée ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Raul Castro à Paris : une nouvelle page dans les relations franco-cubaines ?

En savoir plus

FOCUS

La Californie en première ligne pour la reconnaissance des enfants transgenres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bernard Foccroulle, le souffle lyrique

En savoir plus

#ActuElles

RD Congo : la lutte contre les viols passe par la fin de l’impunité

En savoir plus

L'obésité plus mortelle que le terrorisme

Dernière modification : 25/02/2008

Selon des experts de la santé, les maladies chroniques liées à l'hygiène de vie et à l'obésité causeraient plus de dégâts que le terrorisme international.

La surcharge pondérale augmente les risques de développer plusieurs types de cancer, selon les conclusions d'une revue d'études publiée samedi par l'hebdomadaire médical britannique, The Lancet.
  
Ces résultats viennent corroborer une étude publiée en octobre dernier par le World Cancer Research Fund International qui concluait que "le maintien d'un poids optimal tout au long de la vie pourrait être l'un des principaux moyens de se protéger du cancer".
  
Andrew Renehan (université de Manchester, Royaume-Uni) et ses collègues ont passé en revue 141 études -totalisant plus de 282.000 cas-, pour tenter de déterminer les conséquences d'une augmentation de l'indice de masse corporelle (IMC - rapport poids/taille) sur les risques de 20 cancers.
  
On parle de surpoids pour un IMC situé entre 25 et 30, et d'obésité lorsqu'il est supérieur à 30.
  
Les chercheurs ont montré qu'un gain de 5 points de l'IMC (correspondant à une prise de poids d'environ 15 kg pour un homme et 13 kg pour une femme) augmente de 52% le risque de cancer de l'oesophage chez l'homme, de 33% le cancer de la thyroïde, et de 24% le risque des cancers du colon et du rein.
  
Chez la femme, un gain de 5 points de l'IMC augmente de 59% le risque des cancers de l'utérus et de la vésicule biliaire, de 51% le risque de cancer de l'oesophage, de 34% le risque de cancer du rein.
  
Les chercheurs ont également noté des associations moins marquées entre un accroissement de l'IMC et les cancers du rectum et de la peau chez l'homme, les cancers du sein, du pancréas, de la thyroïde et du colon chez la femme, et, pour les deux sexes, les leucémies, myélomes multiples et lymphomes non hodgkiniens.
  
Ils relèvent que, dans la mesure où le tabagisme -considéré comme la cause principale des cancers dans les pays développés- tend à diminuer, l'excès pondéral pourrait devenir, dans le mode de vie de ces pays, le facteur de risque associé au cancer le plus important.

Première publication : 25/02/2008

COMMENTAIRE(S)