Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

La Turquie bombarde des positions du PKK

Dernière modification : 25/02/2008

La Turquie poursuivait lundi sa vaste opération contre les bases arrières des rebelles du PKK en Irak, alors que Bagdad appelle à un retrait rapide des troupes engagées. (Récit : S. Bähr et R. Ranucci)

Pour la cinquième journée consécutive, des combats ont opposé vendredi les forces d'Ankara aux rebelles kurdes dans les montagnes du nord de l'Irak, tandis que s'exprimaient des inquiétudes quant à la durée de
l'offensive aéro-terrestre turque. 

Des unités d'infanterie appuyées par des chars, des avions et des hélicoptères de combat ont tué 41 séparatistes lundi, ce qui porte à 153 hommes le total des pertes subies par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) depuis jeudi dernier, selon un communiqué de l'état-major turc.
 

L'armée précise que 17 soldats ont trouvé la mort en cinq jours d'offensive contre le PKK, qui a fait des montagnes du Nord irakien une base arrière dans sa lutte pour l'autonomie du sud-est de la Turquie à majorité kurde.
 

A Washington, la Maison blanche a exhorté la Turquie à limiter la durée de son intervention. "Nous espérons qu'il s'agit là d'une incursion de courte durée lui permettant de contribuer à régler la menace", a déclaré à la presse Dana Perino, porte-parole de la présidence.
 

De son côté, l'Irak a demandé que la Turquie mette fin "au plus tôt" à sa présence militaire au Kurdistan irakien. Bagdad craint que la prolongation de l'engagement militaire turc n'entraîne de graves accrochages entre ses troupes et les peshmergas kurdes irakiens.
 

 
LE PRESIDENT TURC REPOUSSE UN VOYAGE EN AFRIQUE
 

Un responsable de la sécurité kurde a déclaré que des soldats turcs et des combattants du PKK s'étaient affrontés la nuit dernière dans la région d'Amadiya, à 10 km au sud de la frontière.
 

"Des combats rapprochés avec l'ennemi se poursuivent dans deux zones distinctes", dit un communiqué militaire turc. "Les troupes opérant dans les zones clés de l'opération ont été renforcées et certaines ont été remplacés par de nouveaux effectifs."
 

Ahmed Danees, représentant du PKK dans le nord de l'Irak, a affirmé de son côté que 81 soldats turcs et quatre rebelles avaient trouvé la mort depuis le début de l'offensive. Il est impossible de vérifier l'information.
 

Le vice-Premier ministre turc, Cemil Cicek, a réaffirmé que l'armée se retirerait une fois sa mission accomplie.
 

"La Turquie s'est efforcée par le passé d'éviter cette issue (l'intervention militaire)", a-t-il dit à des journalistes après le conseil des ministres hebdomadaire à Ankara.
 

"Quand cette opération aura atteint ses objectifs, nos unités rentreront", a-t-il ajouté sans avancer de calendrier.
 
A la mosquée principale d'Ankara, des milliers de Turcs ont  pris part lundi aux obsèques de trois officiers tués durant l'offensive. En conséquence de celle-ci, le président turc Abdullah Gül a reporté au dernier moment un voyage en Afrique qui était prévu cette semaine.

Première publication : 25/02/2008

COMMENTAIRE(S)