Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Reportage : le pape François fait sa révolution au Vatican

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

SUR LE NET

La disparition du vol d'AirAsia bouleverse la Toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

RD Congo : enquête au cœur du parc des Virunga

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

Doutes sur la croissance de la publicité en ligne

Dernière modification : 27/02/2008

L'action de Google a connu un fléchissement de 4 % après une baisse constatée du nombre de clics sur ses bannières payantes. Des analystes y voient la fin de l'âge d'or de la publicité en ligne.

Google a connu en janvier un premier fléchissement dans l'utilisation de ses liens sponsorisés, que certains analystes ont interprété comme le début de la fin de la période d'extraordinaire croissance des revenus publicitaires du groupe internet.
  
Le nombre d'internautes ayant cliqué sur des bannières payantes lors d'une recherche internet sur Google a baissé en janvier de 0,3%, selon le cabinet Comscore, dont les études font référence dans le secteur internet.
  
En décembre, ce nombre était en hausse de 13%, et même de 25% sur l'ensemble du quatrième trimestre 2007.
  
Pour le leader incontesté de la recherche sur internet et de la publicité en ligne, cette décélération brutale contraste avec la hausse de 15% enregistrée chez son dauphin Yahoo!. Microsoft, le numéro trois, a accusé une baisse de 9%.
  
La maison de courtage William Bair & Company a jugé ces données "perturbantes".
  
L'étude de Comscore, publiée avant la côture de la bourse de New York lundi, a fait terminer l'action Google en baisse de 4%. La baisse s'est poursuivie mardi, jusqu'à 7% en séance. Google finalement a clôturé en recul de 4,57% à 464,19 dollars, ce qui amène le recul de l'action à plus de 32% depuis le début de l'année.
  
Une telle évolution est inhabituelle pour Google, qui a habitué le marché à franchir des sommets symboliques, depuis les 100 dollars à son premier jour de Bourse, en août 2004, jusqu'aux 600 et 700 dollars franchis sur le seul mois d'octobre 2007.
  
L'émotion du marché était d'autant plus forte que Google n'a pas cherché à expliquer ces données.
  
"Cela signifie que les estimations de Wall Street pourraient bien devoir être revues à la baisse si la tendance de janvier persiste", relèvent les analystes de Jefferies.
  
"Le problème, c'est que Google est valorisé pour sa forte croissance année après année, qui a permis de maintenir l'action à un niveau élevé", souligne Rob Enderle, du cabinet éponyme, interrogé par l'AFP. "Toute réduction du taux de croissance va avoir un effet catastrophique", pronostique-t-il, tout en relevant qu'il était difficile d'extrapoler à partir d'un chiffre mensuel.
  
D'autres analystes relativisaient l'impact de l'étude de Comscore.
  
"Les investisseurs donnent beaucoup de poids aux chiffres sortis par Comscore étant données les inquiétudes actuelles sur une récession aux Etats-Unis, sachant que Google ne livre pas de prévisions et qu'il existe peu de baromètres en cours de trimestre sur le trafic internet", selon une note d'analystes de Thomas Wiesel Partners.
  
"La peur des investisseurs est démesurée, renchérit Jordan Rohan, de RBC Capital Markets. "Alors que le marché se focalise uniquement sur les volumes, l'amélioration du revenu dégagé par recherche pourrait bien compenser la baisse en volume".
  
"La baisse des clics payants reflète sans doute la décision de Google  d'améliorer la qualité de son réseau" - ses sites et ceux de ses partenaires, regroupés notamment sous le service AdSense -, renchérit Marianne Wolk, analyste chez Susquehanna.
  
"Google élimine progressivement de son réseau les +clics poubelle+", explique-t-elle, à savoir les bannières peu rentables et les clics accidentels sur des bannières placées trop près d'un mot en hyperlien.

Première publication : 27/02/2008

COMMENTAIRE(S)