Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

Mais qui est Dmitri Anatolevitch Medvedev ?

Dernière modification : 01/03/2008

Il est désigné comme le successeur au poste de Vladimir Poutine, et a de fortes chances d'être élu dimanche à la tête du Kremlin. Portrait d'un homme politique russe pour l'instant très discret.

Jusqu’à sa désignation comme dauphin du président russe Vladimir Poutine, le vice-Premier ministre Dmitri Anatolevitch Medvedev était inconnu du grand public.

Ce juriste âgé de 42 ans, fils d'enseignants, revendique le fait d'avoir grandi dans l'ombre de Vladimir Poutine, rencontré au début des années 1990 dans leur ville natale de Leningrad, l'actuelle Saint-Pétersbourg.

Medvedev devient le directeur de campagne de Poutine pour la présidentielle de mars 2000, et prend rapidement la tête de l'administration présidentielle. Il est parachuté à la tête du conseil d'administration du géant gazier Gazprom en juin 2002.

"Il doit sa désignation, sa popularité et son futur siège de président à un seul homme. C’est homme est Vladimir Poutine", estime Masha Lipman, du Centre Carnegie de Moscou.

Medvedev est l’un des premiers responsables du Kremin à ne pas être passé par les services secrets russes, le KGB. Sa "désignation" en décembre marquerait la victoire des "libéraux" sur les "siloviki", les anciens du KGB et de l'armée.

Chef de file de l'aile "libérale" dans la constellation poutinienne, il est souvent décrit comme un "technocrate" pragmatique, pour qui l'idéologie est "chose nuisible". Ses récentes déclarations ont reçu l'approbation des places boursières, lorsqu’il a expliqué vouloir limiter le rôle du Kremlin dans les grandes entreprises.

S'il se veut libéral en affaires, il n'est pas sûr qu'il soit très progressiste au plan politique, notamment sur les droits de l'homme. "Je crois que nous avons en Russie une vraie démocratie", a-t-il pu dire.
  
Peu disert en politique étrangère, il a montré qu'il était au diapason du président. "On ne force personne à aimer la Russie, mais on ne laissera personne lui faire du mal", dit-il, sans adopter cependant la rhétorique antioccidentale de son modèle.

Mais avec Poutine comme Premier ministre, le rôle présidentiel de Medvedev pourrait être réduit.

"Nous entrevoyons seulement une partie de la pièce, les premières scènes, et personne n’en connaît l’issue. Pas même Medvedev. Et pour cause, les plans de Poutine peuvent changer en fonction de lui", estime un ancien collègue de Medvedev, dans une interview anonyme accordée à l’agence de presse Reuters. "Poutine fait confiance à Medvedev, il compte sur son caractère modéré et sa répulsion pour le risque. C’est tout ce dont il a besoin. Mais combien de temps Medvedev restera-t-il en place ? Et comment tout cela fonctionne-t-il ?", ajoute-t-il.

Première publication : 27/02/2008

COMMENTAIRE(S)