Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Kobané reprise par les Kurdes, un symbole fragile ?

En savoir plus

La révolution du vêtement est en marche

Dernière modification : 28/02/2008

Lors des défilés de prêt-à-porter d'hiver, Issey Miyake et le duo Marithé et Girbaud ont affiché leur ambition : révolutionner le vêtement. Le rendre jetable ou en exploser l'architecture. (Récit H. Meddeb)

Le styliste d'Issey Miyake, Dai Fujiwara, a proposé des pantalons blancs en papier, froncés à la taille, avec des volumes sculptés sous la taille qui les rendent moins transparents. Il a aussi dessiné dans la même matière de petites robes smockées et à manches ballon, légères comme un souffle.

"Nous pensons que les matériaux jetables ont un potentiel immense" et "un projet est en cours" chez Issey Miyake, pour fabriquer des vêtements "utilisables et jetables", explique un document remis aux invités. Alors que certaines mères préfèrent désormais, pour des raisons écologiques, utiliser des couches lavables pour leur enfant, le projet d'Issey Miyake est "inspiré des couches jetables pour bébé".

"Notre recherche se concentre aussi sur la structure extensible des couches-culottes et nous avons appliqué cette technique aux vêtements", ajoute le texte.

La griffe se dit consciente des conséquences négatives pour l'environnement de beaucoup de produits jetables. Mais elle estime que le besoin de produits jetables et compacts sans impact écologique négatif va croître dans les années à venir et veut anticiper cette tendance.

Dai Fujiwara a par ailleurs proposé un vestiaire qui suppose un hiver tropical. Les mannequins, parfois pieds nus, se succèdent vêtus de légers plissés, déclinés en robes et jupes jusqu'à la mi-mollet, ou de robes aux volumes saillants, comme des structures géométriques dépliées.

Tout au plus propose-t-il pour se réchauffer de longs cardigans noirs à la maille lâche comme un filet, ou une petite cape d'aspect jacquard.

Les spécialistes du jean, Marithé et François Girbaud ont placé leur collection sous le signe de l'univers galactique et des étoiles, affichant une volonté de faire éclater l'architecture des vêtements et de bouleverser les volumes.

Le duo a mis en scène ses créations sur fond de cosmos qui se déploie en bout de podium grâce à des jeux de lumière.

Les pantalons se débarrassent de leur braguette et des coutures traditionnelles pour se composer d'une seule pièce avec un bouton en forme d'étoile. Le jodhpur est lui aussi revisité, avec des volumes non plus sur les côtés mais devant. Des zips et des agraphes enserrent les mollets.

Le tandem développe aussi les cols des parkas en capuches, fait dégringoler de longs cardigans en grosse maille de manière asymétriques, fronce les épaules des vestes.

Fil conducteur de la collection, l'étoile se retrouve un peu partout: en motif contrasté sur une chemise ou à peine visible sur un pantalon en velours changeant, en boucle sur un manteau, en découpes sur une superposition de petits jupons en fibre de maïs jaune ou bleu pâle, seules notes de couleur d'une garde-robe aux couleurs neutres.

A la fin du défilé, le cosmos s'est animé tandis que retentissait la musique de "La guerre des étoiles".

De son côté, au son de valses viennoises, la Japonaise Tsumori Chisato a donné le tournis avec des robes housses aux patchworks d'imprimés multicolores, aux empiècements de petits plis, et avec des collants mille-fleurs assortis aux manches des vêtements. Des cols et des applications en vieilles dentelles, des cascades de ruchés aux teintes pastel ont apporté des notes d'une douceur désuète.

Première publication : 27/02/2008

COMMENTAIRE(S)