Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

L'Irak au centre des discussions entre Ankara et Washington

Dernière modification : 28/02/2008

Les Etats-Unis ont entamé des discussions avec la Turquie au sujet de la situation dans le nord de l'Irak. Ankara a fait savoir que ses forces y resteront "le temps qu'il faut".

Les forces armées turques resteront dans le nord de l'Irak "le temps qu'il faut" pour combattre les rebelles kurdes, a déclaré jeudi le ministre turc de la Défense Vecdi Gönül, refusant de fixer un calendrier de retrait.

"La Turquie restera dans le nord de l'Irak le temps qu'il faut", a-t-il dit lors d'une conférence de presse au terme d'entretiens bilatéraux avec son homologue américain Robert Gates, arrivé mercredi à Ankara.

Il a cependant assuré que son pays "n'a l'intention d'occuper aucune zone", du Kurdistan irakien, laissant entendre que l'armée turque réintégrerait ses bases après avoir atteint ses objectifs contre le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), retranché dans la montagne irakienne.

M. Gates a de son côté indiqué n'avoir reçu aucun calendrier précis pour un retrait des unités turques, tout en soulignant que d'autres rencontres étaient prévues dans la journée.

L'incursion turque, lancée le 21 février, "doit être courte et la plus ciblée possible", a insisté le secrétaire américain, soulignant que les Etats-Unis et la Turquie, alliés au sein de l'Otan, avaient des "intérêts communs".

Les Etats-Unis, qui fournissent depuis plusieurs mois des renseignements en temps réel sur les déplacements des rebelles dans le nord de l'Irak, s'inquiètent de l'éventualité d'un conflit entre leurs deux alliés régionaux, les Turcs et les Kurdes d'Irak, en cas d'enlisement de l'opération turque.

Interrogé sur ce point, M. Gates a souligné qu'il ne serait pas de l'intérêt des liens américano-turcs de menacer Ankara d'arrêter la fourniture des rensignements pour le forcer à se retirer du nord de l'Irak.

Le chef du Pentagone devait encore s'entretenir avec le président Abdullah Gül, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le chef d'état-major turc, le général Yasar Büyükanit.
 

Première publication : 28/02/2008

COMMENTAIRE(S)