Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Une enquête préliminaire vise le financement de la campagne 2007 de Sarkozy

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

L'Irak au centre des discussions entre Ankara et Washington

Dernière modification : 28/02/2008

Les Etats-Unis ont entamé des discussions avec la Turquie au sujet de la situation dans le nord de l'Irak. Ankara a fait savoir que ses forces y resteront "le temps qu'il faut".

Les forces armées turques resteront dans le nord de l'Irak "le temps qu'il faut" pour combattre les rebelles kurdes, a déclaré jeudi le ministre turc de la Défense Vecdi Gönül, refusant de fixer un calendrier de retrait.

"La Turquie restera dans le nord de l'Irak le temps qu'il faut", a-t-il dit lors d'une conférence de presse au terme d'entretiens bilatéraux avec son homologue américain Robert Gates, arrivé mercredi à Ankara.

Il a cependant assuré que son pays "n'a l'intention d'occuper aucune zone", du Kurdistan irakien, laissant entendre que l'armée turque réintégrerait ses bases après avoir atteint ses objectifs contre le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), retranché dans la montagne irakienne.

M. Gates a de son côté indiqué n'avoir reçu aucun calendrier précis pour un retrait des unités turques, tout en soulignant que d'autres rencontres étaient prévues dans la journée.

L'incursion turque, lancée le 21 février, "doit être courte et la plus ciblée possible", a insisté le secrétaire américain, soulignant que les Etats-Unis et la Turquie, alliés au sein de l'Otan, avaient des "intérêts communs".

Les Etats-Unis, qui fournissent depuis plusieurs mois des renseignements en temps réel sur les déplacements des rebelles dans le nord de l'Irak, s'inquiètent de l'éventualité d'un conflit entre leurs deux alliés régionaux, les Turcs et les Kurdes d'Irak, en cas d'enlisement de l'opération turque.

Interrogé sur ce point, M. Gates a souligné qu'il ne serait pas de l'intérêt des liens américano-turcs de menacer Ankara d'arrêter la fourniture des rensignements pour le forcer à se retirer du nord de l'Irak.

Le chef du Pentagone devait encore s'entretenir avec le président Abdullah Gül, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le chef d'état-major turc, le général Yasar Büyükanit.
 

Première publication : 28/02/2008

COMMENTAIRE(S)