Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

L'Irak au centre des discussions entre Ankara et Washington

©

Dernière modification : 28/02/2008

Les Etats-Unis ont entamé des discussions avec la Turquie au sujet de la situation dans le nord de l'Irak. Ankara a fait savoir que ses forces y resteront "le temps qu'il faut".

Les forces armées turques resteront dans le nord de l'Irak "le temps qu'il faut" pour combattre les rebelles kurdes, a déclaré jeudi le ministre turc de la Défense Vecdi Gönül, refusant de fixer un calendrier de retrait.

"La Turquie restera dans le nord de l'Irak le temps qu'il faut", a-t-il dit lors d'une conférence de presse au terme d'entretiens bilatéraux avec son homologue américain Robert Gates, arrivé mercredi à Ankara.

Il a cependant assuré que son pays "n'a l'intention d'occuper aucune zone", du Kurdistan irakien, laissant entendre que l'armée turque réintégrerait ses bases après avoir atteint ses objectifs contre le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), retranché dans la montagne irakienne.

M. Gates a de son côté indiqué n'avoir reçu aucun calendrier précis pour un retrait des unités turques, tout en soulignant que d'autres rencontres étaient prévues dans la journée.

L'incursion turque, lancée le 21 février, "doit être courte et la plus ciblée possible", a insisté le secrétaire américain, soulignant que les Etats-Unis et la Turquie, alliés au sein de l'Otan, avaient des "intérêts communs".

Les Etats-Unis, qui fournissent depuis plusieurs mois des renseignements en temps réel sur les déplacements des rebelles dans le nord de l'Irak, s'inquiètent de l'éventualité d'un conflit entre leurs deux alliés régionaux, les Turcs et les Kurdes d'Irak, en cas d'enlisement de l'opération turque.

Interrogé sur ce point, M. Gates a souligné qu'il ne serait pas de l'intérêt des liens américano-turcs de menacer Ankara d'arrêter la fourniture des rensignements pour le forcer à se retirer du nord de l'Irak.

Le chef du Pentagone devait encore s'entretenir avec le président Abdullah Gül, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le chef d'état-major turc, le général Yasar Büyükanit.
 

Première publication : 28/02/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)