Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

Tir meurtrier dans une zone tribale du Pakistan

Dernière modification : 28/02/2008

Une maison de l'un des fiefs des combattants islamistes proches d'Al-Qaïda a été touchée par ce qui semble être un tir de missile. Au moins huit personnes sont mortes.

Huit à 10 personnes ont été tuées jeudi dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, fief des combattants islamistes proches d'Al-Qaïda, dans une maison touchée par ce qui semblait être un missile, ont assuré à l'AFP des responsables locaux et des habitants.
   
La maison touchée appartenait à un chef de tribu, Sher Mohammad, dans le village de Azam Warsak, tout près de la frontière afghane, dans le district du Waziristan du Sud, bastion d'un commandant taliban pakistanais lié à Al-Qaïda et qu'Islamabad et Washington accusent d'être responsables de la vague d'atttentats sans précédent qui ensanglante le Pakistan depuis des mois.
   
Des habitants contactés par l'AFP ont assuré que le missile avait été largué par un drone, ces avions sans pilotes que l'armée américaine utilise souvent dans sa guerre contre les talibans dans l'Afghanistan voisin.
   
Le tir a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi et huit à 10 personnes qui se trouvaient dans la maison ont été tuées, ont indiqué à l'AFP des responsables des autorités locales, sous couvert de l'anonymat, assurant qu'il s'agissait d'un "missile guidé" tiré depuis l'Afghanistan.
   
La plupart des personnes tués étaient des "Arabes", a affirmé à l'AFP un responsable des forces de sécurité, sous couvert de l'anonymat.
   
Washington répète à l'envi qu'Al-Qaïda et les talibans afghans ont reconstitué leurs forces dans les zones tribales du Pakistan, et Islamabad, dont l'armée se bat dans ces régions, reconnaît que les talibans pakistanais abritent des combattants "étrangers".
   
Des missiles américains s'abattent parfois sur des cibles précises dans les zones tribales pakistanaises depuis que les talibans, chassés du pouvoir en Afghanistan fin 2001, y ont constitué des bases arrières avec leurs alliés d'Al-Qaïda. Ces missiles, tirés essentiellement par des drones, visent essentiellement des leaders d'Al-Qaïda. Mais Islamabad nie systématiquement l'existence de ces tirs de missiles ou assure qu'il s'agit des siens.
   
Les responsables de l'armée pakistanaise n'étaient pas joignables jeudi matin pour confirmer ou infirmer ce nouveau tir.
   
Le dernier tir de missile connu, depuis un drone, avait tué, le 29 janvier, l'un des principaux lieutenants d'Oussama Ben Laden en Afghanistan, Abou Laith al-Libi, dans la maison d'un chef de tribu dans le Waziristan du Nord, également en pleines zones tribales pakistanaises.
   
Douze autres combattants islamistes, la plupart étrangers, avaient été tués dans la même maison, mais Islamabad a toujours refusé de livrer des informations sur la nature et la provenance du missile qui l'avait touchée. Des habitants avaient assuré qu'il avait été largué par un drone américain, ce que ni Washington, ni Islamabad, n'ont démenti.
   
Mercredi, le numéro 2 d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a juré de venger la mort d'Al-Libi, dans une vidéo mise en ligne mercredi sur un site islamiste.
 

Première publication : 28/02/2008

COMMENTAIRE(S)