Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Valls expose sa politique basée sur "des valeurs chères à la gauche"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

Al-Qaïda cartonne sur Internet

Dernière modification : 09/09/2008

Pour rependre son message via Internet, Al-Qaïda a développé une stratégie médiatique pointue, digne d’une multinationale. Ce qui implique de faire face à des impératifs professionnels et à des fortes contraintes de temps. (Partie 2/2).

Les experts en sécurité ont peut-être des opinions contradictoires sur l’état de santé de Ben Laden, mais ils portent une appréciation unanime sur l’utilisation de l’Internet par Al-Qaïda.

 

Dans un monde où la technologie est accessible à tous, où aucune action, aussi horrible soit-elle, aucune menace aussi sinistre soit-elle, ne passent inaperçues, les sites djihadistes se situent sur une parallèle constamment en mouvement au sein des failles de l’Internet.

 

Les opérations globales d’Al-Qaïda en ce moment, selon les experts, sont divisées grosso modo en quatre branches régionales majeures : Al-Qaïda dans le pays des deux fleuves (Irak), Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Arabie saoudite), Al-Qaïda au Maghreb islamique (Afrique du Nord), et le haut commandement d’Al-Qaïda, quartier général des pères fondateurs, qui est supposé être basé dans la région frontalière de l’Afghanistan et du Pakistan.

 

Alors que chaque branche a son propre département médiatique, les experts disent qu’as-Sahab se trouve au somment de la structure.

 

“A chaque fois qu’as-Sahab envoie un message, tout le monde est attentif” dit Ned Moran, directeur adjoint de Total Intelligence Solutions, une compagnie de consultants en sécurité basée en Virginie. "Quand la direction centrale fait un communiqué, ça a une grande portée."

 

Durant les dernières années, on note une escalade régulière dans les déclarations d’as-Sahab. En 2002 par exemple, as-Sahab a publié six vidéos de propagande, selon IntelCenter de Virginie. En 2005, ce chiffre est monté à 16 vidéos. Par contre à la fin de 2006, as-Sahab en avait publié 58. Et l’an dernier, on a atteint la centaine.

 

Alors que certains experts préconisent qu’il vaut mieux garder des sites Internet djihadistes dans des buts d’espionnage, d’autres pensent qu’ils présentent une menace pour la sécurité. Mais de nos jours, les experts admettent que contrôler la propagande djihadiste est plus facile à dire qu’à faire.

 

Des sites qui sont démantelés réapparaissent rapidement sur d’autres serveurs selon un processus appelé "pillage de connection", qui consiste à héberger les contenus des sites militants sans même que les opérateurs des sites officiels ne s’en rendent compte.

 
La production est si abondante que les experts en sécurité qui recherchent les sites djihadistes admettent qu’ils sont en train de perdre la guerre des médias contre les extrémistes islamistes. "En ce moment, ils nous font littéralement tourner en bourrique", dit Moran.

 

“La camelote Internet” dans un fouillis de marché aux puces

 

L’inconvénient, lorsqu’on est gagnant dans le jeu online, c’est la pollution sonore ou, comme l’appelle Moran, la camelote internet – c’est-à-dire encombrer le monde virtuel de propagande djihadiste.

 

Les rédacteurs en chef d’Al-Qaïda, disent les experts, se trouvent maintenant confrontés aux mêmes types de casse-tête que n’importe quel rédacteur en chef de par le monde : comment sortir du lot dans un marché surchargé pour conserver son audimat.

 

“Al-Qaïda explore toutes les voies, toutes les solutions possibles pour rendre son message plus attractif", nous dit Ben Venzke, directeur d’IntelCenter. "Regardez ce que font les agences de presse ou les hommes politiques (lançant des débats sous forme de questions-réponses) ; Al-Qaïda fait strictement la même chose."

 

Et alors que les opérations médiatiques d’Al-Qaïda se développent, ils vont devoir, comme toutes les agences de presse conventionnelles, affronter une pression toujours accrue pour se montrer plus professionnel dans le contenu de leur sujet et surtout, à l’avenir, dans la date de publication. 

Première publication : 29/02/2008

COMMENTAIRE(S)