Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Charlie Hebdo : la caricature et l’humour six mois après

En savoir plus

DÉBAT

Référendum en Grèce : nouveau rapport de force avec l'Union européenne

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Pakistan exécute à tour de bras

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grexit : "La balle est dans le camp des créanciers"

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Après le referendum, un "Grexit" est-il inévitable ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grexit : "En finir, vite !"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce : après la victoire, Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

Attentat au cours des funérailles d'un policier

Dernière modification : 01/03/2008

Un attentat suicide a fait au moins 38 morts au Pakistan. Il a été perpétré lors des obsèques d'un policier tué quelques heures plus tôt par l'explosion d'une bombe dans le Nord-Ouest du pays.

ISLAMABAD, 29 février (Reuters) - Un attentat suicide a fait
au moins 38 morts et une cinquantaine de blessés vendredi lors
des obsèques d'un policier tué quelques heures plus tôt avec
deux de ses collègues par l'explosion d'une bombe dans le
nord-ouest du pays, ont déclaré à Reuters des responsables des
services de renseignement.
 

Le principal hôpital de la région de Swat, à Saïdu Sharif, a
receptionné 34 corps, a déclaré le médecin chef, Mohammad Khan.
Mais les responsables des services de renseignement ont affirmé
que le bilan atteignait 38 morts. Khan a indiqué que l'on
dénombrait en outre une cinquantaine de blessés.
 

Un demi millier de personnes assistaient aux funérailles.
 

 L'attentat a eu lieu dans la région montagneuse de Swat,
limitrophe de la zone tribale insoumise du Nord-Waziristan, où
l'armée pakistanaise affronte depuis des mois une insurrection
islamiste.

Première publication : 29/02/2008

COMMENTAIRE(S)