Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

EADS remporte un contrat géant avec l'US Air Force

Dernière modification : 01/03/2008

L'européenne EADS, maison-mère d'Airbus, et l'américain Northrop Grumman, remportent contre Boeing un contrat pour la nouvelle flotte d'avions de ravitaillement en vol de l'armée américaine.

Le succès surprise de l'européen EADS face à Boeing pour le contrat des ravitailleurs militaires américains lui offre une occasion d'entrer en force sur le marché considérable de la défense aux Etats-Unis, sur lequel il n'était présent que marginalement.
   
La maison mère d'Airbus, partenaire de l'américain Northrop Grumman, était en concurrence avec Boeing pour le contrat de renouvellement de la flotte américaine d'avions de ravitaillement en vol, dont la première tranche représente 35 milliards de dollars pour 179 appareils.
   
Sa victoire inespérée tombe à pic, alors que le président exécutif d'EADS Louis Gallois veut accentuer sa présence dans le secteur de la défense, jugé moins cyclique que l'aéronautique civile.
   
M. Gallois a assuré à l'AFP que ce contrat était "grand sujet de fierté" pour le groupe européen, qui "l'encourage à poursuivre sa stratégie aux Etats-Unis".
   
Son plan "Vision 2020" consiste à ramener la part d'Airbus dans le chiffre d'affaires d'EADS de 68% aujourd'hui à la moitié seulement, notamment au bénéfice de la défense.
   
Un des grands enjeux du contrat des ravitailleurs pour EADS était précisément d'"avoir un peu accès au gâteau américain, en contrebalançant l'omniprésence du civil dans son portefeuille d'actifs", explique Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities.
   
Les Etats-Unis restaient jusqu'à présent quasi-fermés à EADS dans le domaine militaire, même si sa filiale Eurocopter y a déjà remporté un succès avec le contrat remporté en 2006 pour la fourniture de plus de 300 hélicoptères à l'armée pour 2 milliards de dollars.
   
Ce pays présente de colossales opportunités pour les fabricants d'équipements militaires: alors que les budgets stagnent en Europe, le président George W. Bush a réclamé au Congrès plus de 500 milliards de dollars pour le département de la Défense en 2009, ainsi que 70 milliards pour l'Irak et l'Afghanistan.
   
La victoire sur les ravitailleurs est d'autant plus marquante qu'EADS faisait figure d'outsider en cette année électorale aux Etats-Unis, selon des analystes.
   
La probabilité que le groupe européen obtienne ce contrat était "inférieure à 5%", selon Yan Derocles.
   
Mais "s'ils gagnent, c'est qu'ils ont été hyper-compétitifs et il faut peut-être se méfier" parce que la victoire a pu se faire au prix de "conditions très, voire trop favorables" pour le client américain, met en garde un analyste de CM-CIC.
   
"On a fait une offre qu'on a jugée compatible avec nos capacités et notre compétitivité", a dit Louis Gallois, assurant que "le prix n'était pas décisif dans l'affaire".
   
Les ravitailleurs seront construits sur la base de l'Airbus A330, un avion vieux d'une quinzaine d'année dont "le programme est amorti et l'aérostructure maîtrisée", remarque-t-on chez CM-CIC.
   
EADS ne devrait pas en rester là: son succès "l'encourage à poursuivre sa stratégie aux Etats-Unis" déclarait dès vendredi soir Louis Gallois.
   
Ses dirigeants ont clairement annoncé qu'ils comptaient aussi réaliser des acquisitions moyennes dans le secteur de la défense aux Etats-Unis. Le directeur de la stratégie du groupe, Marwan Lahoud, a jugé que cela était une "nécessité" en 2008.
   
M. Gallois expliquait au début de l'année que son groupe devait "profiter des opportunités" parce que "c'est le bon moment, le dollar est faible".
   
En octobre, EADS avait fait une offre pour racheter United Industrial Corp. (UIC), une société américaine spécialisée dans les drones tactiques, les services et l'ingénierie. Arnaud Lagardère, l'actionnaire français privé de référence, avait alors mis son veto au projet pour des raisons financières.

Première publication : 29/02/2008

COMMENTAIRE(S)