Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Une attente explosive pour Al-Qaïda ?

Dernière modification : 29/02/2008

Le numéro 2 d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, s'est engagé à répondre via Internet aux questions de ses disciples. Mais un mois après cette annonce, aucune réponse n'a été postée, les fidèles s'agacent. (Partie 1/2)

Cela fait plus d’un mois que Ayman al-Zawahiri a appelé son vaste réseau mondial de cyberdjihadistes à lui poser des questions sur Internet ; si ses fidèles s’impatientent pour une réponse, ils ne se plaignent pourtant pas.

 

Le 16 décembre 2007, pour la première fois dans l’histoire d’Al-Qaïda, un message est apparu sur les sites de militants islamistes invitant les individus, les institutions et médias à envoyer des questions à al-Zawahiri par Internet. Le message stipulait qu’ils avaient 30 jours pour soumettre leurs questions, après quoi Zawahiri lui-même répondrait dans les délais les plus courts possibles.

 

L’image infographique du docteur égyptien, dans un cadre doré avec le logo d’as-Sahab, le service de presse principal d’Al-Qaïda, comportait également des liens protégés avec des codes pour quatre sites djihadistes, où les lecteurs pouvaient poser leurs questions.

 

Juste après cette annonce, les experts en sécurité informatique pensaient que la réponse arriverait sous format vidéo, probablement deux semaines après la date butoir du 16 janvier.

 

Le 27 février, al-Zawahiri a diffusé un message vidéo, le premier de cette année 2008. Mais pour les fidèles qui attendaient une réponse en forme d’invitation ouverte, la vidéo a été décevante. Elle contenait à la place une éloge d’Abou Laith al-Libi, chef d’Al-Qaïda tué dans l’attaque de missiles du 28 janvier dans la région pakistanaise tribale du Waziristan.

 

Les experts en sécurité informatique disent qu’il y a eu des échanges sur les sites islamistes militants concernant la réponse attendue avec impatience. "Il y a eu récemment des interrogations pour savoir quand la réponse arriverait", a dit Adam Raisman, de SITE, institut américain qui contrôle les sites djihadistes. "Mais rapidement, les réponses arrivèrent disant que le moudjahidin ne devait pas être brusqué, que les réponses arriveraient quand elles seraient prêtes."

 

Eclaircir les questions gênantes des djihadistes

 

L’invitation ouverte sur Internet par al-Zawahiri, quand elle est arrivée, a créé des remous dans les cercles djihadistes. En quelques jours, les experts antiterroristes recherchaient des questions sur un ensemble de problèmes à travers le monde.

 

Raisman a évalué que, durant cette période de 30 jours, il y a eu plus de 2 000 questions posées sur les quatre sites.

 

Des questions typiques incluaient des demandes sur les liens officiels d’Al-Qaïda avec diverses organisations islamistes locales, en particulier Fatah al-Islam, groupe militant qui a pris le contrôle du camp de réfugiés de Nahr al-Bared au Liban pendant trois mois, avant d’être expulsé par l’armée libanaise en septembre 2007.

 

“Nous ne savons pas, notre bien-aimé Cheikh, quelle est votre réaction sur ce qui est arrivé à nos frères du Fatah Al-Islam ?", demandait en arabe un correspondant dans un échange repéré par SITE. "Et y a-t-il communication et coordination entre vous et nos frères ?"

 

La plupart des questions repérées par SITE étaient en arabe, à part quelques-unes en anglais, apparemment formulées par des Musulmans européens. "Pouvez-vous conseiller les Musulmans occidentaux sur la manière de pratiquer et propager leur al-Walaa' wal Baraa'ah [littéralement leur dévotion pour les grands hommes de l’Islam] et donner quelques exemples pratiques ?", demandait un correspondant.

 

Utilisant des pseudonymes originaux, de nombreux correspondants souhaitaient que al-Zawahiri donne des éclaircissements sur certains sujets embarrassants pour les cercles djihadistes comme la controverse autour de Abu Omar al-Baghdadi, chef présumé de l’Etat islamique d’Irak. Alors que le ministre de l’Intérieur irakien a dans le passé revendiqué la capture et la mort d’al-Baghdadi, le haut commandement américain a laissé planer un doute sur son existence, suggérant qu’al-Baghdadi était un personnage de fiction créé pour prêter une image irakienne à une insurrection alimentée de l’étranger.

 

Les questions vont du relativement malveillant “Ne pensez-vous pas que de tuer un infidèle dans son pays est bien plus efficace que d’en tuer 100 dans un Etat musulman ?" au relativement bénin "Rencontrez vous Cheikh Oussama ben Laden et comment va sa santé ?"
 

Première publication : 29/02/2008

COMMENTAIRE(S)