Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Féminisme: "On peut le faire !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"La Tunisie n’aurait pas dû être sur la liste noire des paradis fiscaux"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les djihadistes sont des traîtres à la nation"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Un ministère et une journée pour lutter contre la solitude

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Tunisie retirée de la liste noire de l'Union européenne sur l'évasion fiscale

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Biocarburants : la guerre du biodiésel

En savoir plus

Les jeunes Russes se détournent des urnes

Dernière modification : 01/03/2008

Malgré les efforts du candidat du Kremlin, Dmitri Medvedev, de se rapprocher des jeunes, une majorité d’entre eux n’a pas l’intention d’aller voter lors d’une élection qui leur semble jouée d’avance. (Reportage : R. Goguelin)

 

Dimanche, le jeune Russe Pavel Jeremine ne soutiendra aucun des quatre candidats à la présidentielle. Membre actif de l’opposition, il s’intéresse pourtant de près à la politique. Mais il refuse de cautionner une élection dont le résultat est connu d’avance. « Il est évident que Medvedev sera élu président parce qu’en Russie, c’est la tradition du trône en héritage », déclare-t-il à FRANCE 24.

 

De fait, personne en Russie n’a le moindre doute sur l’issue de l’élection présidentielle. L’affaire semble réglée, et la jeunesse s’en détourne.

 

A Moscou, les deux tiers des 18-25 ans n’ont pas l’intention d’aller voter, selon les estimations.  « Ici les gens sont plus individualistes, ils se consacrent à leurs affaires personnelles et sont moins sensibles à la propagande, explique le sociologue Nikolaï Popov. Les slogans du type « allons voter tous ensemble » ne fonctionnent ni à Moscou ni à Saint-Pétersbourg, et c’est tout particulièrement vrai pour la jeunesse. »

 

Le candidat du Kremlin, Dmitri Medvedev, fait pourtant des efforts pour séduire la jeunesse. Dès qu’il le peut, il s’entoure de jeunes de moins de 25 ans et explique qu’il aime le rock and roll. 

 

Mais dans les universités de Moscou, les étudiants trouvent la ficelle un peu grosse. « Je ne vais pas aller voter, raconte Alexandre, un étudiant moscovite. Je ne vais pas participer à cette élection parce que je pense que c’est du théâtre, c’est un show et on sait tous que Medvedev va être le président. Et Natasha, aussi étudiante, d’ajouter : « Je pense qu’on ne peut pas influencer le résultat. »

 

Si Pavel Jeremine n’entend pas soutenir un candidat, il se rendra tout de même au bureau de vote pour invalider son bulletin avant de le glisser dans l’urne. C’est sa manière à lui de faire son devoir de citoyen.

Première publication : 01/03/2008

COMMENTAIRE(S)