Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

Les jeunes Russes se détournent des urnes

Dernière modification : 01/03/2008

Malgré les efforts du candidat du Kremlin, Dmitri Medvedev, de se rapprocher des jeunes, une majorité d’entre eux n’a pas l’intention d’aller voter lors d’une élection qui leur semble jouée d’avance. (Reportage : R. Goguelin)

 

Dimanche, le jeune Russe Pavel Jeremine ne soutiendra aucun des quatre candidats à la présidentielle. Membre actif de l’opposition, il s’intéresse pourtant de près à la politique. Mais il refuse de cautionner une élection dont le résultat est connu d’avance. « Il est évident que Medvedev sera élu président parce qu’en Russie, c’est la tradition du trône en héritage », déclare-t-il à FRANCE 24.

 

De fait, personne en Russie n’a le moindre doute sur l’issue de l’élection présidentielle. L’affaire semble réglée, et la jeunesse s’en détourne.

 

A Moscou, les deux tiers des 18-25 ans n’ont pas l’intention d’aller voter, selon les estimations.  « Ici les gens sont plus individualistes, ils se consacrent à leurs affaires personnelles et sont moins sensibles à la propagande, explique le sociologue Nikolaï Popov. Les slogans du type « allons voter tous ensemble » ne fonctionnent ni à Moscou ni à Saint-Pétersbourg, et c’est tout particulièrement vrai pour la jeunesse. »

 

Le candidat du Kremlin, Dmitri Medvedev, fait pourtant des efforts pour séduire la jeunesse. Dès qu’il le peut, il s’entoure de jeunes de moins de 25 ans et explique qu’il aime le rock and roll. 

 

Mais dans les universités de Moscou, les étudiants trouvent la ficelle un peu grosse. « Je ne vais pas aller voter, raconte Alexandre, un étudiant moscovite. Je ne vais pas participer à cette élection parce que je pense que c’est du théâtre, c’est un show et on sait tous que Medvedev va être le président. Et Natasha, aussi étudiante, d’ajouter : « Je pense qu’on ne peut pas influencer le résultat. »

 

Si Pavel Jeremine n’entend pas soutenir un candidat, il se rendra tout de même au bureau de vote pour invalider son bulletin avant de le glisser dans l’urne. C’est sa manière à lui de faire son devoir de citoyen.

Première publication : 01/03/2008

COMMENTAIRE(S)