Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Ouverture des premiers bureaux de vote en Russie

Dernière modification : 01/03/2008

Les électeurs de l'Extrême-Orient russe sont les premiers à se rendre aux urnes pour élire leur nouveau président.

Les électeurs de l'Extrême-Orient russe ont été les premiers à aller voter dimanche, neuf heures plus tôt qu'à Moscou, pour élire leur nouveau président, qui sera très vraisemblablement Dmitri Medvedev, le successeur désigné de Vladimir Poutine.

La Russie s'étendant sur onze fuseaux horaires, le scrutin a commencé samedi à 20h00 GMT dans la grande ville du Kamtchatka, Petropavlovsk-Kamtchatski. Il se terminera dimanche à 18h00 GMT dans l'enclave de Kaliningrad, à la frontière polonaise.

Parmi les premiers à aller voter dans un bureau de vote situé dans une école de Petropavlovsk-Kamtchatski, Kirill déclarait avoir voté pour M. Medvedev.

"J'ai pensé à l'avenir de la Russie et, à en juger par la campagne électorale, c'est lui que Poutine soutient", a expliqué avec conviction ce jeune de 18 ans qui votait pour la première fois et a refusé de préciser son nom de famille.

"C'est comme une fête... Tout le monde va sortir se promener en ville. Tout le peuple de Russie va élire un nouveau président", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la transparence du vote, il s'est dit confiant: "Nous sommes des gens disciplinés, il ne devrait pas y avoir de problèmes".

Omniprésent à la télévision et fort du soutien de Vladimir Poutine, qui le présente comme le garant de la stabilité, M. Medvedev est crédité de 61 à 80% des intentions de vote. Il a promis que M. Poutine serait son Premier ministre.

Les trois autres candidats, le communiste Guennadi Ziouganov, l'ultranationaliste proche du Kremlin Vladimir Jirinovski et le pro-européen Andreï Bogdanov, ne sont crédités respectivement que 9%-16%, 7%-14% et 1% des suffrages.

Leur campagne électorale est restée invisible, et les seules affiches électorales, impersonnelles, appellent les Russes appelant à voter pour "la stabilité", dans une allusion voilée à M. Medvedev.

En l'absence de candidat de l'opposition libérale et de débats télévisés avec M. Medvedev, le scrutin est déjà qualifié de "farce" par de nombreuses personnalités proches de l'opposition ayant signé une pétition de 5.000 signatures remise samedi par l'ancien champion du monde d'échecs Garry Kasparov.

Dans les bureaux de Petropavlovsk-Kamtchatski, l'affluence restait faible en début de matinée, alors que la seule inconnue du scrutin restait le taux de participation, en l'absence de suspense sur le résultat du scrutin.

Vladimir Poutine a appelé vendredi solennellement ses compatriotes à aller voter, et des SMS incitant à aller voter ont été envoyés par les opérateurs.
 

Première publication : 01/03/2008

COMMENTAIRE(S)