Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Hugo Chavez durcit le ton face à Uribe

Dernière modification : 02/03/2008

Alors que l'armée colombienne a tué un chef des FARC en Equateur, le président vénézuélien prévient qu'une opération militaire sur son sol serait perçue comme une "cause de guerre". Ecoutez notre correspondant à Bogota, R. Langlois.

L'armée colombienne a annoncé samedi avoir tué en territoire équatorien Raul Reyes, le numéro deux des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), le plus dur échec jamais infligé à la guérilla marxiste.
   
Le ministre colombien de la Défense Juan Manuel Santos a précisé lors d'une conférence de presse que l'opération lancée contre un camp de guérilleros, où se trouvait Reyes, avait commencé par un bombardement aérien, suivi d'une attaque terrestre de soldats héliportés.
   
"C'est le coup le plus décisif jamais porté jusqu'à présent à ce groupe terroriste", a affirmé le ministre.
   
L'opération commando contre les guérilleros du Front 48 des Farc a débuté par un bombardement de l'aviation samedi à 00H25 locales (vendredi 19H25 GMT).
   
Des unités héliportées se sont rendues sur les lieux du campement en territoire équatorien où, selon l'armée colombienne, des combats se sont produits, faisant au total un mort parmi les soldats colombiens et 17 dans les rangs de la guérilla.
   
Le corps de Raul Reyes a été rapatrié à Bogota par l'armée.
   
Un coup de téléphone satellitaire de Raul Reyes et un informateur de l'armée ont permis de localiser avec précision le camp où vivait en territoire équatorien le numéro deux des Farc, a révélé à l'AFP une source militaire.
   
 M. Santos a précisé que le camp attaqué se trouvait "du côté équatorien, à 1.800 mètres de la frontière" commune.
   
A Quito le président équatorien Rafael Correa, furieux, a rappelé samedi soir pour consultation son ambassadeur en Colombie.
   
Selon M. Correa, son homologue Alvaro Uribe qui lui avait téléphoné dans la matinée, "a été encore une fois trompé (ndlr: par son armée) ou a menti au gouvernement équatorien".
   
L'Equateur "ne permettra plus d'outrages du gouvernement colombien et nous sommes prêts à aller jusqu'aux ultimes conséquences", a-t-il dit.
   
Ayant envoyé l'armée équatorienne dans la zone où se sont déroulés les combats, le président Correa a indiqué que ses soldats "ont trouvé 15 cadavres de guérilleros, deux guérilleras blessées dans un campement improvisé des Farc à deux kilomètres en territoire équatorien près de la frontière".
   
"Mais ces cadavres étaient en sous-vêtements, en pyjamas, ce qui revient à dire qu'il n'y a pas eu de poursuite à chaud et qu'ils (les Farc) ont été bombardés et massacrés pendant qu'ils dormaient".
   
Peu avant lors d'une intervention à la télévision colombienne, le président Uribe a affirmé solennellement qu'il "assumait toute la responsabilité" de cette opération.
   
Pour sa part, le président du Venezuela Hugo Chavez a estimé que si la Colombie montait une opération militaire au Venezuela comme l'attaque ayant provoqué la mort du numéro deux des Farc en Equateur, ce serait "une cause de guerre" entre les deux pays.
   
 Agé de 59 ans, le No 2 des Farc, dont le vrai nom est Luis Edgar Devia, était   membre de la guérilla depuis près de 30 ans. Présenté par ses compagnons comme l'un des représentants de la faction la plus dure du mouvement rebelle, il a franchi tous les échelons de la hiérarchie pour devenir le porte-parole des Farc. Son nom était fréquemment cité pour la succession de Manuel Marulanda, le chef suprême des rebelles âgé de 77 ans.
   
 Principal mouvement de guérilla colombien, les Farc comptent aujourd'hui 17.000 combattants, principalement des paysans, répartis sur 60 fronts et occupant une partie importante du pays.
   
Les Farc détiennent dans la jungle 39 otages dits "politiques", dont l'ex-candidate présidentielle franco-colombienne Ingrid Betancourt et trois Américains, qu'ils veulent échanger contre 500 guérilleros emprisonnés.
   
La mort de Raul Reyes intervient alors que la guérilla a relâché unilatéralement six otages depuis le début de l'année et que la pression internationale s'accentue pour obtenir la remise en liberté de Mme Betancourt en raison de son mauvais état de santé.

Première publication : 02/03/2008

COMMENTAIRE(S)