Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Medvedev promet de poursuivre la politique de Poutine

Dernière modification : 02/03/2008

Dmitri Medvedev, donné gagnant de la présidentielle russe à plus de 68%, s'est exprimé aux côtés de son mentor Vladimir Poutine, peu avant un concert sur la Place Rouge, à Moscou. (Récit N. Germain)

A peine les premiers résultats rendus publics, Dmitri Medvedev s'est exprimé sur la Place Rouge, à Moscou, aux côtés de son prédecesseur Vladimir Poutine. Il a déclaré que la Russie avait choisi "la voie du développement pour une longue période à venir" et que "la politique du président Poutine" serait poursuivie.

 

Le président sortant a félicité le nouveau locataire du Kremlin.

 

Les premiers résultats officiels publiés par la Commission électorale centrale indiquent que le candidat du Kremlin, Dmitri Medvedev, arrive largement en tête de l'élection présidentielle russe. Il recueille plus de 68% des suffrages.

Le candidat communiste Guennadi Ziouganov, crédité de près de 20% des voix, dénonce les irrégularités du scrutin dans certaines régions et annonce que son parti va engager une action judiciaire.

Plus de 100 millions de Russes étaient appelés à voter pour élire le nouveau président de la Fédération de Russie, un Etat traversé par onze fuseaux horaires et deux fois et demi plus vaste que les Etats-Unis.

Un scrutin sans suspense

"Le véritable suspense tient en réalité au taux de participation", analyse Gauthier Rybinski, spécialiste de politique internationale à FRANCE 24. "Je pense qu’il sera relativement fort car les Russes tiennent à ce mode de vote. Ils ne l’ont pas exercé depuis très longtemps. Autrefois, quand le parti communiste était au pouvoir, le vote était obligatoire. Aujourd’hui, l’offre des candidats n’est pas plus ouverte mais ce vote a une valeur symbolique, même si tout le monde sait que l’élection est gagnée d’avance".

Romain Goguelin, correspondant permanent à Moscou de FRANCE 24, nuance cette analyse : "Vladimir Poutine fait beaucoup d’efforts pour essayer de convaincre les Russes de venir participer à cette élection. Ce n’est pas une tâche facile parce que cette élection ne convainc pas, ne passionne pas les Russes. Beaucoup se demandent à quoi bon se déplacer. Si Dmitri Medvedev est élu avec un taux de participation faible, sa légitimité en sera amoindrie, et ça, le Kremlin ne le veut pas."

Absence de débat


Par ailleurs, des opposants appellent à boycotter le vote. L’un d’entre eux, Sergueï Kourzun, journaliste, fondateur de la radio Echo de Moscou, un des rares médias qui ose critiquer le Kremlin, déclarait fin février, lors d’un débat sur le plateau de FRANCE 24 : "Dans mon entourage, on hésite entre ne pas aller voter du tout et se déplacer aux urnes, prendre son bulletin et le ramener chez soi. On n’aime pas que quelqu’un décide pour nous".

La campagne électorale n’a donné lieu à aucun débat entre les différents candidats, Medvedev occupant une grande partie de l’espace médiatique. Face à lui, trois autres candidats briguent la présidence : le communiste Guennadi Ziouganov, l'ultranationaliste Vladimir Jirinovski et le pro-européen Andreï Bogdanov.

Les résultats officiels de la présidentielle doivent être rendus publics le 7 mars.

Première publication : 02/03/2008

COMMENTAIRE(S)