Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Politiciens sous pression au Pays basque

Dernière modification : 05/03/2008

Au Pays basque espagnol, les politiciens non nationalistes craignent pour leur sécurité. Les indépendantistes radicaux appellent au boycott des élections du 9 mars. (Reportage : A. Percept)

A première vue, l'ambiance est bon enfant au stand du parti conservateur, sur le front de mer de la ville basque de Saint-Sébastien. Mais à quelques mètres de là, des gardes du corps surveillent l'entrée d'un grand hôtel, où se tient un meeting du Parti populaire (PP). Ils veillent à la sécurité des élus 24h/24.

Plusieurs leaders de droite ont en effet été récemment la cible d'un nouveau phénomène : l'intrusion d'indépendantistes radicaux lors des réunions publiques. Antonio Basagoiti, Conseiller municipal PP à Bilbao, en témoigne.

Dans la campagne au Pays basque, les paroles sont associées aux actes, comme le montre une bombe qui a été posée devant le siège du Parti socialiste, dans la ville de Derio. De faible ampleur, cet attentat n'a pas fait de victimes mais ce genre d'actes rappelle aux Basques que l'ETA reste présent.

A Saint-Sébastien, les indépendantistes font campagne eux aussi et ils prônent l'abstention. Leur parti, ANV (Action nationaliste basque), a été interdit début février, car il est considéré comme un relais politique de l'ETA. La justice espagnole a également suspendu l'activité politique d’un autre parti radical basque, le PCTV (Parti communiste des terres basques), qui ne peut pas non plus présenter de candidats.

Les observateurs regarderont donc de très près le taux d'abstention au Pays basque dimanche. Un chiffre intéressant pour évaluer la vigueur de l'indépendantisme radical.

Première publication : 03/03/2008

COMMENTAIRE(S)