Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ottawa, la fin de l'innocence"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

13e Rendez-vous du film français

Dernière modification : 05/03/2008

Récompensé par trois Oscars, le cinéma français ne s'est pas aussi bien porté depuis fort longtemps. A New York jusqu'au 9 mars, francophiles et artistes français se rencontrent pour partager leur passion du 7e art.

La 13e édition du "Rendez-Vous with French Cinema" se tient depuis vendredi et jusqu'au 9 mars à New-York, avec quinze oeuvres en avant-première dont certaines pourraient connaître le succès, à l'heure où la France vient de se distinguer aux Oscars.
  
"Chaque année 30 à 40 films français sortent aux Etats-Unis, et un petit film français a du succès", dit John Kochman, directeur d'Unifrance, une des structures organisatrices avec la "Film Society of Lincoln Center", qui promeut depuis près de 40 ans les cinémas d'auteur italien, hongrois, français, etc.
  
La manifestation permet notamment de voir "Ceux qui restent" de Anne Le Ny, "Les Chansons d’amour" de Christophe Honoré, "Elle s’appelle Sabine" de Sandrine Bonnaire, un documentaire réalisé par l'actrice sur sa soeur autiste, "Paris" de Cédric Klapisch, "Un secret" de Claude Miller, ou "Le fils de l'épicier" d'Eric Guirado.
  
Les "rendez-vous" 2008 arrivent au moment où la France vient de se distinguer aux Oscars, qui ont offert celui de la meilleure actrice à Marion Cotillard pour son interprétation d'Edith Piaf dans "La Môme", une récompense historique qui démontre selon les professionnels la diversité et la reconnaissance du cinéma français à l'étranger, notamment aux Etats-Unis.
  
Pour l'instant, seuls quatre films ("Les Chansons d’amour", "Elle s’appelle Sabine", "La Question humaine" de Nicolas Klotz et "Roman de gare") ont été achetés par un distributeur, précise John Kochman dans une interview à l'AFP.
  
"Nous ne ferons jamais de +blockbusters+", souligne le réalisateur Claude Miller. "Mais faire en sorte que nos films soient vus par des cinéphiles est important pour le cinéma français", ajoute-t-il. L'Université Columbia, où il intervient lundi, est particulièrement intéressée par ce cinéma, qui "marche bien aussi en Scandinavie et au Japon", dit-il.
  
"+Le Secret+ de Claude Miller plait, mais nous ne devons pas nous mentir: il y a de moins en moins de place pour ces films, les studios de Hollywood et les films à gros budget dominent la place", estime John Kochman. "Nous avons la chance d'avoir des francophiles parmi les dirigeants de Netflix --un des principaux sites américains de location de DVD-- c'est donc plus par le DVD que par les salles que nous faisons connaitre le cinéma français", ajoute-t-il.
  
Pourtant, certains films ont défrayé la chronique avec un succès époustouflant en salle. Ce fut le cas pour "Trois hommes et un couffin" de Coline Serreau en 1985, puis pour "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain" de Jean-Pierre Jeunet en 2001. Pour culminer avec "La marche de l'Empereur" de Luc Jacquet, un documentaire tourné en Antarctique sur les manchots empereurs, sorti en 2005 et très vite devenu un des documentaires les plus vus aux Etats-Unis et un des plus gros succès commerciaux français.
  
"Curieusement, certains films français +difficiles+ comme +Le Scaphandre et le Papillon+ ont du succès ici", poursuit John Kochman. "Quelque chose dans ce personnage qui a tout perdu et refuse de céder plait aux Américains, qui s'identifient au personnage et l'aiment", estime-t-il. Le film de Julian Schnabel raconte la lutte du journaliste français Jean-Dominique Bauby après un accident vasculaire cérébral.
  
Peu d'acteurs français sont très connus aux Etats-Unis. "Chez les hommes Vincent Cassel, chez les femmes Audrey Tautou et Juliette Binoche, qui avait reçu l'Oscar du meilleur second rôle en 1996 pour le "Patient anglais"", reconnait John Kochman.
  
Marion Cotillard est désormais entrée au Panthéon des acteurs français acceptés à Hollywood. "Elle a mérité l'Oscar, et désormais toutes les portes lui sont ouvertes. Mais elle fait partie de ce groupe d'acteurs à la détermination implacable, elle a travaillé très dur pour en arriver là, et les distributeurs ont fait du lobbying à Hollywood pendant une année entière", souligne-t-il.

Première publication : 04/03/2008

COMMENTAIRE(S)