Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

La France à l'honneur du Cebit

Dernière modification : 05/03/2008

Le Cebit, le Salon international des technologies de l'information et des communications, se tient du 4 au 9 mars à Hanovre, en Allemagne. Cette année, la grand-messe de la high-tech est centrée sur les besoins des entreprises.

 

Placé sous le signe de la France, invitée d’honneur de l’édition 2008 du Salon international des technologies de l'information et des communications (Cebit), le salon ouvre ses portes le 4 mars à Hanovre. Un pavillon entier est d’ailleurs réservé aux quelques 35 exposants venus de l’Hexagone.

 

Le choix de la France n'est pas le fruit du hasard. Selon Pierre Mangin, rédacteur en chef à l’Agence de Presse Magazine, qui édite le site silicon.fr, il existe une forte relation industrielle entre les deux pays. "La France est le premier partenaire informatique de l’Allemagne", souligne-t-il, faisant entre autres allusion au rachat du français Business Object par l’allemand SAP en 2007.

 
Les tendances
 

La mobilité est l’une des grandes tendances de cette année. Notamment l’accès aux données par les PDA et les Smartphones, les téléphones mobiles de dernière génération, et leur mariage avec les systèmes de géolocalisation. De véritables "couteaux suisses" du high-tech.

 

La mode est aussi aux écrans tactiles. Encore peu répandus, le design et l’interface de l’iPhone ont inspiré beaucoup de constructeurs de téléphones mobiles, même si la plupart sont encore au stade de prototypes.

 

Pour Pierre Mangin, une des clefs de la réussite du Cebit réside dans le fait d'avoir su rassembler les professionnels du métier et le grand public, friand de nouvelles technologies, sur un même salon. "Depuis quelques années, on assiste à une véritable inversion des tendances. Le marché du grand public devance aujourd’hui l’informatique traditionnellement réservée aux professionnels", analyse-t-il.

 

Les outils sont donc devenus plus accessibles, et bénéficient d’une meilleure ergonomie et d’interfaces plus sophistiquées. "Mais c’est surtout la mise en réseau globale des ressources qui a permis de créer de la richesse et d’imaginer de nouveaux produits", précise Pierre Mangin.

 

Les produits bruns se mettent au vert

 

D’un stand à l’autre, impossible de passer à côté des produits dits "green", c'est-à-dire qui répondent aux dernières normes écologiques, notamment en ce qui concerne la consommation d’énergie.

 

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso en personne a longuement insisté sur l'importance d'une potitique européenne "ambitieuse" dans les technologies de l'information et de la communication, notamment pour rendre l'économie "plus verte", évoquant des économies d'énergie potentielles de 40 %.

 

Les constructeurs ont su faire du thème écologique une véritable stratégie de vente, qui se pourrait se résumer à : "celui qui maîtrise sa consommation énergétique réduit ses coûts."

 

Un argument particulièrement percutant à l’heure où l’énergie coûte de plus en plus cher.

  

Certains blocs d’alimentation proposent ainsi une réduction de consommation électrique pouvant atteindre 75 %. "Quand on sait qu’aujourd’hui le prix d’un serveur équivaut à sa consommation électrique sur trois ans, on dépasse le simple argument marketing", ajoute Pierre Mangin.

 

Retour vers le futur

 

Mais pour de nombreux férus de technologie, le Cebit c’est surtout l’occasion d’entrevoir les produits de demain.

 

Ainsi, sur  le stand d’un constructeur automobile allemand, on découvre une voiture qui propose un accès permanent à Internet.

  

Mais la véritable révolution pour Pierre Mangin réside dans le fait que cette voiture possède une adresse IP propre. "Cette voiture est identifiée sur un réseau, on assiste à une véritable fusion entre machines et Internet. La voiture et l’ordinateur ne font plus qu’un. Après, il n’y a plus qu’à laisser libre cours à son imagination. On pense évidemment à des voitures en pilotage automatique, guidées par un programme. Ou encore un système qui préviendrait automatiquement les secours les plus proches en cas d’accident."

 

Autant de nouveautés qui devraient déplacer les foules, les organisateurs espèrent dépasser le nombre des 500 000 visiteurs de l’année dernière.

Première publication : 04/03/2008

COMMENTAIRE(S)