Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Le Premier ministre Ian Paisley va démissionner

Dernière modification : 05/03/2008

Le dirigeant protestant Ian Paisley, âgé de 82 ans, a annoncé qu'il démissionnerait en mai. Il envisage aussi de quitter la direction du Parti unioniste démocrate.

Le dirigeant protestant Ian Paisley a annoncé mardi qu'il démissionnerait en mai de son poste de Premier ministre de l'Irlande du Nord et de la direction du Parti unioniste démocrate (DUP), tournant ainsi une page de l'histoire politique nord-irlandaise.

"Je pourrais continuer, mais j'ai décidé de partir", a déclaré M. Paisley, qui aura 82 ans en mai, et était soumis depuis plusieurs semaines à la pression de certains membres de son parti pour passer la main.

M. Paisley quittera ses fonctions après la convention de son parti qui se tiendra en mai.

Le révérend protestant avait accepté de partager le pouvoir avec ses ennemis d'hier, les catholiques de Sinn Féin, et avait pris en mai dernier la tête du gouvernement régional de coalition.

"Il est temps de se retirer (...) J'ai pris cette décision il y a plusieurs semaines", a déclaré M. Paisley à des journalistes réunis à Belfast, ajoutant qu'il resterait député au Parlement de Westminster à Londres, et membre de l'assemblée régionale nord-irlandaise.

Le ministre des Finances nord-irlandais Peter Robinson est le favori pour lui succéder au poste de Premier ministre.

Longtemps connu pour son intransigeance, M. Paisley avait accepté en mai de gouverner avec à ses côtés comme vice-Premier ministre, le catholique Martin McGuinness, 56 ans, un ancien dirigeant de l'Armée républicaine irlandaise (IRA).

Contre toute attente, les deux hommes avaient mis leurs divergences de côté, apparaissant même parfois tout sourire en public. L'attitude de son chef avait fait grincer des dents au sein du DUP, parti des protestants conservateurs qui veulent que l'Irlande du Nord reste fermement rattachée au Royaume-Uni.

M. Paisley avait également été affaibli par l'annonce en février de la démission de son fils du gouvernement nord-irlandais, en raison de ses rapports troubles avec un homme d'affaires. "Les gens ne pouvaient pas s'attaquer à moi, alors ils s'en sont pris à lui", a estimé le vieux leader.

Le départ de Ian Paisley interviendra un peu plus de 10 ans jour pour jour après l'accord du Vendredi Saint du 10 avril 1998, qui avait ouvert la voie à un partage du pouvoir entre catholiques et protestants.

L'accord devait sceller la paix dans la province après 30 ans de violences interconfessionnelles qui ont fait 3.500 morts entre 1969 et 1998.

Première publication : 04/03/2008

COMMENTAIRE(S)