Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile réagit au discours de Barack Obama sur l'EIIL

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy : Chronique d'un retour annoncé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le PS dans la tourmente

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emma Stone et Colin Firth nous jouent un tour dans "Magic in the moonlight"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

FOCUS

Un siècle après, que reste-t-il de la présence allemande en Namibie ?

En savoir plus

  • Paris s'apprête à accueillir la conférence internationale sur l'État islamique

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Tour d’Espagne : le troisième sacre d’Alberto Contador

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

  • Corée du Nord : l'Américain Matthew Miller condamné aux travaux forcés

    En savoir plus

  • Plus de 900 résidents français impliqués dans le jihad

    En savoir plus

  • En images : Roland-Garros en fête pour la Coupe Davis

    En savoir plus

  • Corse : attentat contre une discothèque du Club Med

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la France remporte une médaille de bronze historique

    En savoir plus

Le Premier ministre Ian Paisley va démissionner

Dernière modification : 05/03/2008

Le dirigeant protestant Ian Paisley, âgé de 82 ans, a annoncé qu'il démissionnerait en mai. Il envisage aussi de quitter la direction du Parti unioniste démocrate.

Le dirigeant protestant Ian Paisley a annoncé mardi qu'il démissionnerait en mai de son poste de Premier ministre de l'Irlande du Nord et de la direction du Parti unioniste démocrate (DUP), tournant ainsi une page de l'histoire politique nord-irlandaise.

"Je pourrais continuer, mais j'ai décidé de partir", a déclaré M. Paisley, qui aura 82 ans en mai, et était soumis depuis plusieurs semaines à la pression de certains membres de son parti pour passer la main.

M. Paisley quittera ses fonctions après la convention de son parti qui se tiendra en mai.

Le révérend protestant avait accepté de partager le pouvoir avec ses ennemis d'hier, les catholiques de Sinn Féin, et avait pris en mai dernier la tête du gouvernement régional de coalition.

"Il est temps de se retirer (...) J'ai pris cette décision il y a plusieurs semaines", a déclaré M. Paisley à des journalistes réunis à Belfast, ajoutant qu'il resterait député au Parlement de Westminster à Londres, et membre de l'assemblée régionale nord-irlandaise.

Le ministre des Finances nord-irlandais Peter Robinson est le favori pour lui succéder au poste de Premier ministre.

Longtemps connu pour son intransigeance, M. Paisley avait accepté en mai de gouverner avec à ses côtés comme vice-Premier ministre, le catholique Martin McGuinness, 56 ans, un ancien dirigeant de l'Armée républicaine irlandaise (IRA).

Contre toute attente, les deux hommes avaient mis leurs divergences de côté, apparaissant même parfois tout sourire en public. L'attitude de son chef avait fait grincer des dents au sein du DUP, parti des protestants conservateurs qui veulent que l'Irlande du Nord reste fermement rattachée au Royaume-Uni.

M. Paisley avait également été affaibli par l'annonce en février de la démission de son fils du gouvernement nord-irlandais, en raison de ses rapports troubles avec un homme d'affaires. "Les gens ne pouvaient pas s'attaquer à moi, alors ils s'en sont pris à lui", a estimé le vieux leader.

Le départ de Ian Paisley interviendra un peu plus de 10 ans jour pour jour après l'accord du Vendredi Saint du 10 avril 1998, qui avait ouvert la voie à un partage du pouvoir entre catholiques et protestants.

L'accord devait sceller la paix dans la province après 30 ans de violences interconfessionnelles qui ont fait 3.500 morts entre 1969 et 1998.

Première publication : 04/03/2008

COMMENTAIRE(S)