Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-François Bensahel et Tarek Oubrou

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : quinze personnes visées par des poursuites judiciaires

    En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

    En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

Le Premier ministre Ian Paisley va démissionner

Dernière modification : 05/03/2008

Le dirigeant protestant Ian Paisley, âgé de 82 ans, a annoncé qu'il démissionnerait en mai. Il envisage aussi de quitter la direction du Parti unioniste démocrate.

Le dirigeant protestant Ian Paisley a annoncé mardi qu'il démissionnerait en mai de son poste de Premier ministre de l'Irlande du Nord et de la direction du Parti unioniste démocrate (DUP), tournant ainsi une page de l'histoire politique nord-irlandaise.

"Je pourrais continuer, mais j'ai décidé de partir", a déclaré M. Paisley, qui aura 82 ans en mai, et était soumis depuis plusieurs semaines à la pression de certains membres de son parti pour passer la main.

M. Paisley quittera ses fonctions après la convention de son parti qui se tiendra en mai.

Le révérend protestant avait accepté de partager le pouvoir avec ses ennemis d'hier, les catholiques de Sinn Féin, et avait pris en mai dernier la tête du gouvernement régional de coalition.

"Il est temps de se retirer (...) J'ai pris cette décision il y a plusieurs semaines", a déclaré M. Paisley à des journalistes réunis à Belfast, ajoutant qu'il resterait député au Parlement de Westminster à Londres, et membre de l'assemblée régionale nord-irlandaise.

Le ministre des Finances nord-irlandais Peter Robinson est le favori pour lui succéder au poste de Premier ministre.

Longtemps connu pour son intransigeance, M. Paisley avait accepté en mai de gouverner avec à ses côtés comme vice-Premier ministre, le catholique Martin McGuinness, 56 ans, un ancien dirigeant de l'Armée républicaine irlandaise (IRA).

Contre toute attente, les deux hommes avaient mis leurs divergences de côté, apparaissant même parfois tout sourire en public. L'attitude de son chef avait fait grincer des dents au sein du DUP, parti des protestants conservateurs qui veulent que l'Irlande du Nord reste fermement rattachée au Royaume-Uni.

M. Paisley avait également été affaibli par l'annonce en février de la démission de son fils du gouvernement nord-irlandais, en raison de ses rapports troubles avec un homme d'affaires. "Les gens ne pouvaient pas s'attaquer à moi, alors ils s'en sont pris à lui", a estimé le vieux leader.

Le départ de Ian Paisley interviendra un peu plus de 10 ans jour pour jour après l'accord du Vendredi Saint du 10 avril 1998, qui avait ouvert la voie à un partage du pouvoir entre catholiques et protestants.

L'accord devait sceller la paix dans la province après 30 ans de violences interconfessionnelles qui ont fait 3.500 morts entre 1969 et 1998.

Première publication : 04/03/2008

COMMENTAIRE(S)