Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Le ton se durcit entre le Venezuela et la Colombie

©

Dernière modification : 04/03/2008

Le Venezuela a expulsé l'ensemble des diplomates colombiens de son territoire, alors que l'Equateur assure qu'une opérationde libération d'Ingrid Betancourt a failli réussir. (Récit : H. Papper)

La crise en Amérique latine a gravi un nouvel échelon lundi avec la rupture des relations diplomatiques entre la Colombie et l'Equateur et l'expulsion de l'ambassadeur colombien au Venezuela, à la suite d'un raid contre la guérilla des Farc.

Le ministère colombien des Affaires étrangères a été informé de la décision de président équatorien Rafael Correa de rompre les relations diplomatiques, face à "la succession de faits et d'imputations inamicales".

Bogota a notamment promis d'envoyer à l'ONU et à l'Organisation des Etats Américains (OEA) des preuves sur les liens unissant les Farc à M. Correa et son allié, le président vénézuélien Hugo Chavez, après l'attaque menée contre la guérilla en territoire équatorien.

Le directeur de la police colombienne, le général Oscar Naranjo, a déclaré que M. Chavez avait apporté "un financement de 300 millions de dollars" aux rebelles colombiens, en se basant sur des données retirées de l'ordinateur de Raul Reyes, le numéro 2 des Farc abattu lors du raid militaire.

Le responsable policier a aussi affirmé que la guérilla avait acquis 50 kilos d'uranium, ce qui démontre que l'organisation aspirait au "terrorisme international".

Un des documents révèle aussi que M. Reyes considérait comme un "point noir" la pression internationale pour libérer l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, qui fait partie des 39 prisonniers que la guérilla veut échanger contre 500 rebelles détenus.

M. Correa a affirmé lundi soir que l'attaque colombienne en Equateur avait empêché la libération d'Ingrid Betancourt et d'autres otages, et le ministre vénézuélien de l'Intérieur Ramon Rodriguez Chacin a déclaré que l'otage franco-colombienne aurait pu "plusieurs fois" être libérée.

Quito a rejeté dans son courrier officiel "les accusations colombiennes qui s'ajoutent, avec cynisme, à l'attitude hostile, manifestée par la récente violation de sa souveraineté".

De son côté, le Venezuela, qui avait fermé son ambassade à Bogota, a annoncé l'expulsion de l'ambassadeur de Colombie à Caracas, ainsi que l'ensemble du personnel diplomatique. Selon l'ambassadeur de Quito à Caracas, M. Correa doit se rendre au Venezuela mercredi pour y rencontre M. Chavez.

Après l'élimination du numéro 2 des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), les deux dirigeants ont décidé de renforcer leurs troupes à la frontière, faisant peser la menace d'un affrontement.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé à la retenue, appel relayé par le Brésil, l'Argentine et le Chili, alors que le Conseil permanent de l'OEA se réunit mardi à Washington pour évoquer la crise.

Les Etats-Unis ont apporté leur soutien à Bogota "dans son combat contre les organisations terroristes". Le président cubain Raul Castro a de son côté exprimé dimanche sa solidarité au président équatorien.

Le ministre colombien de la Défense Juan Manuel Santos a exclu de répondre à l'escalade militaire. "Nous avons la capacité de mobiliser nos troupes, mais nous ne voyons aucune nécessité de le faire", a-t-il déclaré.

Un haut responsable du ministère colombien de la Défense a révélé lundi à l'AFP que le raid avait été déclenché à la suite d'une information des renseignements américains. "Les Etats-Unis ont fourni (...) l'identification du téléphone satellitaire" de M. Reyes, permettant à l'armée colombienne de le localiser, a-t-il dit.

Les soldats équatoriens patrouillant à la frontière ont été placés "en état d'alerte maximum", ont déclaré à l'AFP des responsables du ministère de la Défense, tout en admettant que le dispositif de 11.000 soldats n'avait pas été renforcé.

M. Chavez, qui mène une médiation auprès des Farc sans l'accord de Bogota, avait aussi annoncé l'envoi de 10 bataillons à la frontière, après avoir traité son homologue colombien Alvaro Uribe de "criminel". Toutefois, aucun mouvement de troupes vénézuéliennes n'était signalé lundi.
 

Première publication : 04/03/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)