Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le burkini est une provocation"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

Rice à la rescousse d’Annapolis

Dernière modification : 04/03/2008

Arrivée mardi au Proche-Orient, la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a réaffirmé qu'un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens est possible en 2008. Explications de nos correspondants à Jérusalem et à Gaza.

La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a entamé mardi une nouvelle visite en Israël et chez les Palestiniens pour les exhorter à renouer des négociations de paix plombées par la flambée de violences dans la bande de Gaza.
   
Arrivée à Tel-Aviv en provenance d'Egypte, première étape d'une tournée régionale, Mme Rice s'est immédiatement rendue à Ramallah en Cisjordanie où elle a été reçue par le président palestinien Mahmoud Abbas.
   
Elle doit s'y entretenir également avec le Premier ministre palestinien Salam Fayyad avant de gagner Jérusalem pour un dîner avec le chef du gouvernement israélien Ehud Olmert.
   
La visite de Mme Rice survient alors que les négociations entre Israël et les Palestiniens, censées aboutir à un accord de paix avant la fin de l'année, ont été suspendues par M. Abbas dimanche pour protester contre l'offensive israélienne meurtrière dans la bande de Gaza, d'où des roquettes continuent d'être tirées sur le territoire israélien.
   
"Nous allons lui demander (à Rice) d'amener Israël à mettre fin à son agression à Gaza et à respecter les engagements pris à (la conférence d') Annapolis", en novembre, aux Etats-Unis, a déclaré à la presse le chef des négociateurs palestiniens Ahmad Qoreï après une rencontre à Ramallah avec le diplomate européen en chef Javier Solana.
   
"Dans les circonstances actuelles, les négociations ne mèneront nulle part", a-t-il ajouté.
   
A bord de l'avion l'amenant au Caire, Mme Rice affirmé "qu'elle continue à croire qu'ils peuvent parvenir à un accord avant la fin de l'année si tout le monde en a la volonté".
   
Depuis la capitale égyptienne, elle a appelé Israéliens et Palestiniens à engager "un processus de paix actif" et à "remplir leurs obligations" prévues dans le cadre de ce processus.
   
Elle aussi demandé que cessent les violences contre les civils, tant dans les Territoires palestiniens qu'en Israël.
   
"Les attaques à la roquette contre des civils (israéliens) innocents dans leurs villes (...), cela doit cesser. Aucun gouvernement israélien ne peut tolérer cela", a-t-elle dit après des discussions avec son homologue égyptien Ahmed Aboul Gheit.
   
Mais "j'ai dit aux Israéliens que lorsqu'ils sont engagés dans leur propre défense, ils doivent être conscients de l'impact de ces opérations sur des gens innocents (...) et sur ce qui peut arriver le jour d'après", a-t-elle affirmé, se disant "inquiète" de la situation humanitaire dans la bande de Gaza.
   
Accusant l'Iran d'armer le Hamas, elle a affirmé que les Etats-Unis et la communauté internationale aideront l'Autorité palestinienne "à établir une force de sécurité palestinienne professionnelle et capable, qui peut être une partie de la solution, qui puisse défendre un nouvel Etat palestinien, qui puisse défendre contre le terrorisme".
   
Dans l'avion, Mme Rice avait rendu le Hamas responsable de la dégradation de la situation dans la bande de Gaza, où plus de 120 Palestiniens ont été tués depuis mercredi dans les attaques israéliennes, qu'elle s'est abstenue de critiquer.
   
"Les déclarations de Rice imputant au Hamas la responsabilité de l'escalade actuelle trahissent le vrai objectif de sa visite dans la région, qui est d'inciter à la poursuite de la guerre contre le Hamas et la résistance", a réagi le porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri.
   
Le Hamas accuse M. Abbas, dont l'Autorité a été chassée de Gaza par les islamistes en juin, et les Etats-Unis d'être "complices" dans l'offensive israélienne.
   
Des affiches montrant MM. Abbas et Olmert et Mme Rice avec comme légende "Celui qui n'a pas honte fait ce qui bon lui semble" ont été collées mardi par des militants du Hamas dans les rues de Gaza.
   
Sur le terrain, deux activistes ont été tués quelques heures avant l'arrivée de Mme Rice dans des raids aériens israéliens dans la bande de Gaza, où Israël continue de frapper après avoir mis fin lundi à une incursion particulièrement meurtrière de deux jours dans le nord du territoire.

Première publication : 04/03/2008

COMMENTAIRE(S)