Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza, le Hamas reste introuvable

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Turbulences au Congrès après le choix d'EADS

©

Dernière modification : 04/03/2008

Le Congrès américain va examiner la décision de l'armée d'attribuer au groupe européen EADS un contrat de plusieurs dizaines de milliards de dollars portant sur des avions ravitailleurs.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi a affirmé lundi que le Congrès "devait examiner" le contrat des avions ravitailleurs de l'armée de l'Air remporté par l'européen EADS, maison-mère d'Airbus, allié à l'américain Northrop Grumman.

"La décision de l'armée de l'Air d'accorder le contrat de la modernisation nécessaire de la flotte d'avions ravitailleurs à Northrop Grumman et Airbus soulève des questions graves que le Congrès doit examiner de façon approfondie", a déclaré Mme Pelosi dans un communiqué.

"Quelles sont les implications de sécurité nationale liées à l'utilisation d'un avion fourni par une société étrangère pour cette mission essentielle?" demande notamment Mme Pelosi.

A la surprise générale, le Pentagone a choisi vendredi EADS et Northrop Grumman pour ravitailler en vol les avions de l'armée de l'Air, au détriment de son rival Boeing.

Ce méga-contrat porte sur 179 appareils pour quelque 35 milliards de dollars.

"Vu les ramifications de cette décision pour les Etats-Unis, l'armée de l'Air doit expliquer au Congrès comment elle correspond aux besoins à long terme de notre défense et des Américains", assure Mme Pelosi.

"A-t-on prêté suffisamment d'attention à l'impact de ce contrat sur les emplois en Amérique et sur notre sphère technologique?" demande encore la plus haute responsable du Congrès.

L'attribution du contrat des avions ravitailleurs à EADS, une véritable gifle pour l'avionneur américain Boeing, avait déjà provoqué la colère des sénateurs de l'Etat de Washington (nord-ouest) et du Kansas (centre), qui ont écrit lundi au secrétaire à la Défense Robert Gates pour lui demander que l'armée de l'Air justifie sa décision à Boeing d'ici à la fin de la semaine.

La sénatrice démocrate de l'Etat de Washington Patty Murray s'est montrée particulièrement en colère, estimant que le contrat représente "un plan de relance européen financé par les contribuables américains", alors qu'il faudrait selon elle "investir dans l'industrie aéronautique américaine et ses emplois à hauts salaires et hautes qualifications".

L'US Air Force avait attribué à l'origine, en 2003, un contrat de location-vente à Boeing pour ses ravitailleurs. Mais ce contrat avait finalement été annulé après la découverte d'irrégularités, qui ont valu la prison à deux responsables de l'avionneur américain, et poussé le secrétaire à l'Armée de l'air américaine de l'époque à la démission.

John McCain, sénateur de l'Arizona et actuel candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle américaine de novembre, avait à l'époque activement dénoncé la connivence entre le Pentagone et Boeing dans cette affaire.

Le contrat avait ensuite été remis en jeu.

Boeing présentait une version dérivée de l'avion-cargo B767-200, le KC-767.

EADS offrait de son côté une version modifiée de son Airbus A330, le KC-30, dont il vante les capacités d'emport supérieures (226 passagers et 32 palettes, contre 190 et 19).

Jouant sur la corde du patriotisme économique, le groupe européen a promis qu'il délocaliserait à Mobile (Alabama, sud) l'assemblage de l'A330 cargo, créant 300 emplois directs supplémentaires en plus des 1.000 générés par la production des ravitailleurs.

Première publication : 04/03/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)