Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat Clinton - Trump : qui a gagné le premier round ?

En savoir plus

Les chercheurs se mobilisent à nouveau

Dernière modification : 05/03/2008

Près de 400 chercheurs ont manifesté en France, tandis que quelque 600 directeurs de laboratoires exprimaient leurs réserves face au projet de réforme de la recherche. (Reportage : FRANCE 2)

Le monde de la Recherche a fait part mardi de son inquiétude devant les réformes en cours dans son secteur, avec une réunion de directeur de laboratoires au Collège de France et deux manifestations à Paris et Toulouse pour affirmer le besoin d'autonomie de la science face au politique.
   
Plus de 200 chercheurs ont manifesté devant le ministère de la Recherche à Paris, et le même nombre à Toulouse, au moment où quelque 600 directeurs de laboratoires se rencontraient au Collège de France pour marquer leurs réserves face à l'évolution de la réforme de la recherche poursuivie par le gouvernement.
   
La manifestation, à l'appel des syndicats de la recherche (SNCS, SNESUP, UNSA...) et du mouvement Sauvons la Recherche (SLR), marquait "l'inquiétude des chercheurs sur l'évolution néfaste" de la réforme et "la menace sérieuse qu'elle fait peser sur son autonomie", a déclaré à l'AFP le vice-président de SLR, Georges Debrégeas.
   
Au Collège de France, directeurs de laboratoires et responsables d'instances scientifiques se sont penchés pendant environ 4 heures sur les principes à respecter pour toute réforme de la recherche. "Le plus important", ont-ils souligné, est "le respect de l’autonomie du champ scientifique par rapport au politique".
   
Pour leur porte-parole, Philippe Blache, les "patrons" de recherche vont consulter leurs unités pour dégager des initiatives qu'ils présenteront dans environ deux mois.
   
De leur côté, les manifestants de Paris ont symboliquement lancé une "attaque aérienne" avec des avions en papier sur les grilles du ministère pour "faire passer leurs messages" : notamment un refus de voir l'Agence nationale de la recherche (ANR) créée en 2005 leur imposer l'orientation des axes de la recherche, et leur peur d'une perte d'autonomie des organismes tels que le Centre national de la Recherche scientifique (CNRS).
   
Répondant à cette crainte devant un "pilotage gouvernemental", la ministre de la Recherche, Valérie Pécresse, a estimé qu'une "bonne stratégie" de recherche nationale passe par le "croisement des regards du politique et du scientifique" : le premier "part des grands défis de la société" (Alzheimer, biodiversité...) et le second "des forces et des faiblesses de nos laboratoires et de leurs ambitions scientifiques".
   
La précarité des chercheurs et le financement de la recherche étaient également au centre des critiques des manifestants.
   
Marianne Mangeney, statutaire, chercheuse en biologie, craint que l'ANR ne finance plus "tout ce qui n'est pas directement utile" (sciences sociales, humaines...) et que "des pans entiers" de la recherche ne disparaissent ainsi.
   
Valérie Pécresse a rappelé l'effort fait par le gouvernement pour le financement de la Recherche et de l'enseignement supérieur, avec la création de 6.000 emplois et une augmentation de 25% des crédits depuis 2005.
   
Les manifestants, comme les directeurs de laboratoires réunis au Collège de France, craignent aussi que le CNRS devienne une simple agence de moyens qui distribuerait des crédits au lieu d'impulser la recherche.
   
La réforme voulue par le gouvernement pour le "moderniser", rappelée dans une "feuille de route" envoyée à la présidente du CNRS la semaine dernière par Mme Pécresse, risque de transformer ce "garant de la recherche fondamentale" en un ensemble d’instituts, ce qui "présente des risques d’éclatement de l’organisme", ont fait observer les directeurs de laboratoires.

Première publication : 05/03/2008

COMMENTAIRE(S)