Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

L'Eglise entre dans la campagne espagnole

Dernière modification : 05/03/2008

Critique des réformes sociétales engagées par le gouvernement Zapatero, l'Eglise appelle à voter contre un parti dont les lois, affirme-t-elle, sont contraires à ses valeurs. (Reportage : A. Percept, C. Perrouault)

Le 30 décembre 2007, une manifestation à l'appel de la hiérarchie catholique entendait défendre la "famille chrétienne" contre certaines réformes du gouvernement Zapatero et notamment la loi sur le mariage homosexuel.

"Cette grande fête de la famille manifeste notre préoccupation pour le bien commun de l'Espagne", affirmait alors Mgr Agustin Garcia Gasco, évêque de Valence.

Un mois plus tard, la conférence épiscopale publie une "note d'orientation morale", nouvelle critique en règle à l'égard du gouvernement.

 

Le 12 février 2007, au cours d'un meeting socialiste à Tolède, dans une ancienne église reconvertie en salle de conférence, le président espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, affirmait moqueusement : "Bon, vous comprendrez qu'aujourd'hui, je ne vais pas parler des évêques, étant donné l'endroit où nous sommes !"

L'affaire est délicate pour les socialistes. Ils cherchent à mettre les points sur les "i" avec les évêques, sans pour autant heurter les convictions des Catholiques, qui représentent 80% de la population espagnole.

Pour Antonio Hernando, député socialiste, l'Eglise a franchi la ligne jaune "quand, pour la première fois dans l'histoire de la démocratie espagnole, elle a fait de la politique en matière de terrorisme. Elle a fait exactement ce qu'a fait le Parti populaire pedant 4 ans".

De son côté, l'aile conservatrice de l'Église affirme que ses prises de position sont légitimes.

"Au cours de cette législature, il y a eu plus de nervosité de la part de quelques membres du gouvernement devant les prises de positions tout à fait habituelles qu'a exprimé l'Eglise", assure José Carlos Martin de la Hoz, professeur de théologie proche de l'Opus dei. "Cela donne l'impression que ce sont ces personnes qui se sont braquées d'elles-mêmes, qui ont construit une polémique".

Mais comme le rappelle notre correspondante à Madrid Adeline Percept, les relations entre les évêques et le Parti socialiste espagnol risquent de rester tendues au cours des prochains mois. Le cardinal de Madrid, farouchement opposé au gouvernement Zapatero vient d'être élu à la tête de la conférence épiscopale.
 

Première publication : 05/03/2008

COMMENTAIRE(S)