Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

L'Eglise entre dans la campagne espagnole

Dernière modification : 05/03/2008

Critique des réformes sociétales engagées par le gouvernement Zapatero, l'Eglise appelle à voter contre un parti dont les lois, affirme-t-elle, sont contraires à ses valeurs. (Reportage : A. Percept, C. Perrouault)

Le 30 décembre 2007, une manifestation à l'appel de la hiérarchie catholique entendait défendre la "famille chrétienne" contre certaines réformes du gouvernement Zapatero et notamment la loi sur le mariage homosexuel.

"Cette grande fête de la famille manifeste notre préoccupation pour le bien commun de l'Espagne", affirmait alors Mgr Agustin Garcia Gasco, évêque de Valence.

Un mois plus tard, la conférence épiscopale publie une "note d'orientation morale", nouvelle critique en règle à l'égard du gouvernement.

 

Le 12 février 2007, au cours d'un meeting socialiste à Tolède, dans une ancienne église reconvertie en salle de conférence, le président espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, affirmait moqueusement : "Bon, vous comprendrez qu'aujourd'hui, je ne vais pas parler des évêques, étant donné l'endroit où nous sommes !"

L'affaire est délicate pour les socialistes. Ils cherchent à mettre les points sur les "i" avec les évêques, sans pour autant heurter les convictions des Catholiques, qui représentent 80% de la population espagnole.

Pour Antonio Hernando, député socialiste, l'Eglise a franchi la ligne jaune "quand, pour la première fois dans l'histoire de la démocratie espagnole, elle a fait de la politique en matière de terrorisme. Elle a fait exactement ce qu'a fait le Parti populaire pedant 4 ans".

De son côté, l'aile conservatrice de l'Église affirme que ses prises de position sont légitimes.

"Au cours de cette législature, il y a eu plus de nervosité de la part de quelques membres du gouvernement devant les prises de positions tout à fait habituelles qu'a exprimé l'Eglise", assure José Carlos Martin de la Hoz, professeur de théologie proche de l'Opus dei. "Cela donne l'impression que ce sont ces personnes qui se sont braquées d'elles-mêmes, qui ont construit une polémique".

Mais comme le rappelle notre correspondante à Madrid Adeline Percept, les relations entre les évêques et le Parti socialiste espagnol risquent de rester tendues au cours des prochains mois. Le cardinal de Madrid, farouchement opposé au gouvernement Zapatero vient d'être élu à la tête de la conférence épiscopale.
 

Première publication : 05/03/2008

COMMENTAIRE(S)