Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Vidéo : à Novoazovsk, "il semblerait que les Russes soient déjà partis"

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

Reportages

Les femmes de Kandahar

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2009

Kandahar, la capitale du sud afghan, est l'une des provinces les plus touchées par le conflit qui oppose les Talibans aux forces armées afghanes et étrangères. Prises en étau, les femmes tentent de survivre. (Reportage : Claire Billet)

Souvent veuves avec plusieurs enfants à charge, les femmes de Kandahar essaient de trouver les moyens pour nourrir leur famille. La plupart d'entre elles sont analphabètes et sans éducation. Rien d’étonnant dans un pays où 80% des femmes ne sont jamais allées à l’école. Elles prennent néanmoins leurs problèmes en main pour pallier le manque d'action du gouvernement. Elles sont aidées par des ONG qui s'occupent de leur procurer une formation professionnelle.

 

Mais cet ancien bastion des talibans est réputé pour le conservatisme de ses habitants, notamment sur la question du port du voile et sur la séparation stricte des sexes. Aucune femme ne peut travailler là où il y a des hommes.

 

Seuls quelques endroits qui leur sont exclusivement réservés peuvent accueillir ces femmes en quête d’instruction. Ainsi la Fondation de charité de la police offre une formation de tisseuse à près de 200 femmes de la ville. Dans un autre centre ouvert sous le régime des talibans, les femmes travaillent dans la broderie. Celles qui ont l’autorisation de leur famille viennent travailler tous les jours, sauf le vendredi, jour de repos et de la grande prière. Les autres travaillent depuis leur domicile et gagnent l’équivalent de 60 euros par mois, ce qui équivaut au salaire moyen afghan.

 

A Kandahar, ce n’est pas la chute du régime des talibans ni l’arrivée d’un nouveau gouvernement qui a changé la vie de ces mères. C’est la pauvreté qui les pousse à sortir du cocon familial et à travailler. Une volonté d’émancipation, en douceur, en respectant les codes de la société.
 

Première publication : 06/03/2008

COMMENTAIRE(S)