Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

Le Nicaragua rompt ses relations avec Bogota

Dernière modification : 07/03/2008

L'annonce du président nicaraguayen, Daniel Ortega, intervient alors que s'ouvre en République Dominicaine le sommet du Groupe de Rio, qui va réunir les présidents Chavez, Uribe et Correa.

La crise diplomatique entre la Colombie d'une part, l'Equateur et le Venezuela d'autre part, s'est étendue jeudi au Nicaragua, qui a rompu ses relations diplomatiques avec Bogota après le raid colombien sur le sol équatorien pour éliminer le N.2 de la guérilla des FARC.
   
"Nous rompons avec la politique terroriste pratiquée par le gouvernement d'Alvaro Uribe", le président colombien, a déclaré le président nicaraguayen Daniel Ortega.
   
La rupture intervient alors qu'une délégation américaine était cette semaine à Managua pour faire pression sur le Nicaragua pour détruire un arsenal de missiles sol-air, vestiges de la guerre civile des années 1980, par crainte qu'ils ne tombent entre les mains des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).
   
L'Equateur et le Venezuela avait déjà rompu leur lien diplomatique avec la Colombie au lendemain du raid.
   
Le président nicaraguayen Daniel Ortega, fidèle allié du Vénézuélien Hugo Chavez, a attendu la visite de Rafael Correa pour annoncer une rupture diplomatique, plus par solidarité avec le Venezuela et l'Equateur que parce qu'une menace plane sur son pays.
   
En tournée (Pérou, Venezuela, Nicaragua, Panama) pour une mission de sensibilisation, le président équatorien Rafael Correa a estimé jeudi à Managua que le raid contre Raul Reyes, interlocuteur pour la libération des otages, était une provocation et un acte de sabotage du président colombien, au courant d'une libération imminente d'Ingrid Betancourt et de 11 autres otages.
   
"Regardez la bassesse, il (Alvaro Uribe) savait qu'en mars 12 otages allaient être libérés, parmi eux Ingrid Betancourt", a pesté jeudi le président équatorien Rafael Correa, pour qui le président colombien est "un danger pour toute la région".
   
Les bruits de bottes se font entendre le long de la frontière colombienne. L'Equateur a déployé en renfort une unité d'élite de 160 soldats alors que le Venezuela a mobilisé 6.000 militaires.
   
Tout en restant en retrait dans cette affaire, Washington, qui affiche un soutien sans faille à Alvaro Uribe, souligne qu'il s'agit d'un "problème entre la Colombie et l'Equateur" et espère "une solution diplomatique".
   
La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a dit à l'adresse de Quito et de Caracas que "tout le monde doit être vigilant sur l'utilisation des régions frontalières par des organisations terroristes telles que les Farc", "et personne ne devrait avoir de contact avec elle".
   
Alors que le président équatorien souhaitait une "condamnation claire de l'agresseur colombien", l'Organisation des Etats Américains (OEA) s'est contentée mercredi de reconnaître une "violation de souveraineté".
   
Plus diplomatique que militaire pour l'instant, la crise isole un peu plus la Colombie de ses voisins (l'Equateur et le Venezuela sont des partenaires économiques non négligeables) et pourrait faire basculer l'Equateur dans la sphère de la gauche radicale latino-américaine (Venezuela-Cuba-Bolivie), en conflit avec les Etats-Unis.
 

Première publication : 06/03/2008

COMMENTAIRE(S)