Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

L'actualité immersive

En savoir plus

FOCUS

Libye : le nouveau gouvernement tente d'asseoir son autorité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alex Beaupain, "Loin" des yeux, près du coeur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le fleuve Charente, un fragile équilibre

En savoir plus

#ActuElles

L'Afghanistan vu du côté des femmes

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un an après le séisme, le Népal tente de se relever

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la croissance accélère au 1er trimestre à +0,5 %

En savoir plus

REPORTERS

Universités américaines : le cauchemar de la dette étudiante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Si Alep pouvait parler...

En savoir plus

Accord entre le Tchad et le Soudan le 12 mars

Dernière modification : 07/03/2008

Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, a annoncé que le Tchad et le Soudan signeront un accord de règlement de conflit lors d'un mini-sommet à Dakar le 12 mars, en marge du Sommet islamique.

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a annoncé vendredi à Paris la signature d'un accord de règlement du conflit entre le Soudan et le Tchad mercredi 12 mars à Dakar, à la veille de la réunion du Sommet islamique, qui doit s'ouvrir dans la capitale sénégalaise.
  
"Il y aura la signature d'un accord général et un accord de mise en oeuvre" par les chefs d'Etat du Soudan et du Tchad, Omar el-Béchir et Idriss Deby Itno, à la veille de la réunion de l'OCI (Organisation de la conférence islamique), a précisé M. Wade dans la cour de l'Elysée après son entretien avec Nicolas Sarkozy.
  
Nicolas Sarkozy "m'aide et me soutient dans la formulation des termes de l'accord". "Aujourd'hui les deux protagonistes ont accepté de venir à Dakar (...) pour le mini-sommet autour du problème du Tchad pour trouver une solution définitive", a poursuivi le président du Sénégal, qui avait accepté d'assurer la médiation dans cette crise à la demande de son homologue tchadien.
  

"Désarmer les mouvements d'opposition"

 

S'agissant du contenu de l'accord, "c'est d'abord que chacun s'engage à cesser de soutenir les opposants de l'autre sur son propre territoire", a dit M. Wade. Il vise aussi à "empêcher les opposants de l'autre pays à franchir les frontières avec les armes" et prévoit "le désarmement de tous les mouvements, à l'exception des armées des Etats", a-t-il indiqué.
  
"Il faut que tout le monde soit désarmé et que ce désarmement soit fait entre les mains des troupes qui sont sur place, c'est-à-dire celles de l'Union africaine, l'Eufor ou les forces hybrides des Nations Unies. Il faut que les bandes armées remettent les armes à ces forces internationales", a précisé M. Wade.
  
Le Tchad et le Soudan, pays voisins à la frontière poreuse, ont des relations très tendues et s'accusent mutuellement de déstabilisation par groupes armés interposés.
  
Selon M. Wade, seront notamment présents "au mini-sommet" de Dakar sur le Tchad le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le président gabonais Omar Bongo Ondimba, l'ex-président de la Commission de l'Union africaine (UA) Alpha Oumar Konaré, et le président en exercice de l'UA, le Tanzanien Jakaya Kikwete.
  
"Il y aura aussi la présence des observateurs de la France, de l'Union européenne. Nous voulons que cet accord soit signé en présence aussi d'observateurs non africains pour donner tout son poids à ce qui sera signé", a annoncé M. Wade, en assurant que cet "accord sera un succès" parce qu'il prévoit "des dispositions de mise en oeuvre".
  
Selon le chef de l'Etat sénégalais, "les deux parties sont déjà d'accord sur l'accord général" après des négociations "qui ont duré un mois". Pour l'accord de mise en oeuvre, une des parties "n'a pas encore donné son sentiment".
  
Le Sommet islamique, qui se tient tous les ans, est l'instance de décision suprême de l'OCI, une organisation islamique fondée en 1969 et qui réunit 57 pays. Sa 11e édition est prévue les 13 et 14 mars à Dakar, qui a déjà abrité la rencontre en décembre 1991.
  

Première publication : 07/03/2008

COMMENTAIRE(S)