Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EADS : Paris et Berlin entendent limiter les parts étrangères

Dernière modification : 07/03/2008

Le Financial Times révèle que la France et l'Allemagne souhaitent limiter les participations étrangères dans le capital d'EADS à hauteur de 15%.

 

La France et l'Allemagne mettent la dernière main à des modifications de règlementation qui limiteront les participations étrangères dans la compagnie EADS, rapporte vendredi le Financial Times.

 

Le fonds souverain de Doubaï a pris l'été dernier une participation de 3,1% dans EADS, et VEB, une banque russe contrôlée par l'Etat a pris en décembre une participation de cinq pour cent.

 

Mais le gouvernement français, le groupe français Lagardère et le constructeur automobile allemand Daimler, qui contrôlent ensemble 45% d'EADS, ont l'intention d'empêcher tout investisseur considéré comme un prédateur de posséder plus de 15%, écrit le FT en citant des personnes proches des discussions.

 

EADS a obtenu la semaine dernière, aux dépens de l'américain Boeing Co, un contrat de 35 milliards de dollars portant sur la fourniture de 179 avions ravitailleurs à l'armée de l'air américaine.

 

Certains hommes politiques américains ont estimé que l'octroi de ce contrat à une entreprise étrangère pourrait avoir de graves implications en matière de sécurité, et ces préoccupations risqueraient de s'intensifier si les actionnaires russes ou proche-orientaux d'EADS venaient à augmenter leur participation, note le journal.

Première publication : 07/03/2008

COMMENTAIRE(S)