Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EADS : Paris et Berlin entendent limiter les parts étrangères

Dernière modification : 07/03/2008

Le Financial Times révèle que la France et l'Allemagne souhaitent limiter les participations étrangères dans le capital d'EADS à hauteur de 15%.

 

La France et l'Allemagne mettent la dernière main à des modifications de règlementation qui limiteront les participations étrangères dans la compagnie EADS, rapporte vendredi le Financial Times.

 

Le fonds souverain de Doubaï a pris l'été dernier une participation de 3,1% dans EADS, et VEB, une banque russe contrôlée par l'Etat a pris en décembre une participation de cinq pour cent.

 

Mais le gouvernement français, le groupe français Lagardère et le constructeur automobile allemand Daimler, qui contrôlent ensemble 45% d'EADS, ont l'intention d'empêcher tout investisseur considéré comme un prédateur de posséder plus de 15%, écrit le FT en citant des personnes proches des discussions.

 

EADS a obtenu la semaine dernière, aux dépens de l'américain Boeing Co, un contrat de 35 milliards de dollars portant sur la fourniture de 179 avions ravitailleurs à l'armée de l'air américaine.

 

Certains hommes politiques américains ont estimé que l'octroi de ce contrat à une entreprise étrangère pourrait avoir de graves implications en matière de sécurité, et ces préoccupations risqueraient de s'intensifier si les actionnaires russes ou proche-orientaux d'EADS venaient à augmenter leur participation, note le journal.

Première publication : 07/03/2008

COMMENTAIRE(S)